États-Unis : une banque permet à certains de ses employés de prendre des congés illimités

écouter (3min)

Plus besoin de se casser la tête pour savoir s’il vous reste assez de congés à prendre : leur nombre est désormais illimité. Fiction ? Non, réalité pour les employés de la banque Goldman Sachs. En France, quelques entreprises ont également fait ce choix.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un employé installe des serviettes près d'une piscine dans un hôtel au bord d'une plage à Pranburi (Thaïlande). (LEISA TYLER / LIGHTROCKET via GETTYIMAGES)

Depuis quelques jours, les cadres de la banque d’affaires américaine Goldman Sachs voient la vie différemment : ils peuvent poser autant de jours de congés qu’ils le souhaitent. Leur employeur leur accordent désormais le droit aux congés illimités. Tous les salariés ne sont pas logés à la même enseigne : la mesure ne concerne que les cadres supérieurs. Les autres ont quand même doit à trois semaines obligatoires de vacances par an, ce qui n’est pas si mal aux États-Unis.

Cette offre de congés illimités n’est pas isolée puisque Netflix la pratique depuis des années, mais aussi de grandes entreprises comme Linkedin ou Virgin. Et une myriade de start-up du domaine de la technologie. Goldman Sachs n’a pas fait qu’emboîter le pas à cette mode. La banque a entendu les réclamations de ses salariés, qui réclamaient un plafonnement de 80 heures travaillées par semaine et revendiquaient le droit de ne pas travailler le vendredi après 21 heures. Un an après la publication de ces doléances, la banque en a pris la mesure, dans la crainte de voir ses meilleurs salariés s’en aller. Après "la grande démission" aux États-Unis, avec la fronde chez Apple contre le retour au bureau, c’est clairement pour faire face à cette même crainte que Goldman Sachs a dégainé ses congés illimités.

Vacances illimitées : pratique encadrée

En France, un mouvement comparable n'existe pas mais on trouve quand même des entreprises qui pratiquent les congés illimités. C’est par exemple le cas chez Indeed, le moteur de recherche d’emploi. La branche française bénéficie de cette politique menée par le groupe partout dans le monde pour ses 10 000 collaborateurs. En moyenne, dans le monde, les salariés prennent entre une et deux semaines en plus des congés légaux. Mais la pratique est encadrée : il faut avoir l’accord de toute son équipe et de son manager.

Partout, la mise en place des congés illimités a un  même argument : il s’agit d’attirer les meilleurs talents et de les retenir, dans un monde du travail très concurrentiel. Mais certaines entreprises, comme la start-up rennaise YesWeDev, ont abandonné cette pratique. Quand la start-up est devenue plus grande, il est devenu difficile de donner autant de liberté aux salariés, qui par ailleurs utilisaient rarement ce droit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.