Emploi : ces mots et formules dans les courriers électroniques qui agacent le plus les salariés

Commencer un mail par "salut", le conclure par "à plus", commencer par "je ne sais pas si vous avez vu mon dernier mail"... Autant de formules qui nous hérissent le poil dans la communication par courriels.
Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
L'icône des courriers électroniques sur un écran. (SILAS STEIN / DPA via MAXPPP)

La société Livecareer a interrogé plus de 1 000 salariés pour savoir ce qu'ils détestaient le plus et ce qu'ils appréciaient le plus dans la communication par courriels. Pour débuter un mail, rien ne vaut, d'après eux, un "bonjour", ou un "bonjour madame ou monsieur". Sachant que huit personnes sur dix ont déclaré qu'ils aimaient qu'on utilise leur prénom pour entamer une conversation. Du côté des pires débuts, il y a bien sûr le fait de n'écrire aucune salutation du tout, d'employer le mot "coucou", "salut" ou "hey". Le manque de salutation est plus sévèrement jugé par les 26-40 ans que par les plus jeunes.

>> Hyperconnexion, e-mails inutiles et saisons : ce qu'il faut retenir du premier rapport de l'Observatoire de l’infobésité et de la collaboration numérique

Sur les meilleures et les pires façons de conclure un courriel, il faut savoir que du côté de ce qui est apprécié, il y a "merci par avance", "bonne journée ou bonne semaine", le traditionnel "cordialement", "dans l'attente de votre réponse" ou les "sincères salutations". En revanche, pour les sondés, pas question de ne mettre aucune formule de politesse, un simple "merci", un "à plus" ou "à toute". Mais des différences apparaissent selon la taille des entreprises. Dans les plus petites d'entre elles, on est moins regardant. Un "merci" ou un "à plus" ne sera jugé impoli que par 3% des employés des petites entreprises, alors que cela ne passera pas pour 18% des salariés de grandes sociétés.

Il faut débuter le mail dans la douceur... 

Pour débuter un message, en tête du classement des formules les plus détestées se situent le passif-agressif "Je ne sais pas si vous avez vu mon dernier mail" ou le "Désolé de me répéter...". Un consensus se dessine pour le "J'espère que vous allez bien'", "J'espère que vous passez une bonne journée" ou même le plus direct "Pour en revenir à notre conversation précédente".

Les émojis, dans les petites entreprises, sont acceptés sans problème pour 80% des personnes interrogées. Un peu moins dans les plus grandes, avec 59% seulement des sondés qui sont d'accord avec l'utilisation d'émojis. Emojis ou pas, le courriel est considéré par 49% des sondés comme la forme de communication favorite au travail, devant les appels, 23%, la messagerie instantanée 21% et, loin derrière, la communication en personne, qui n'a la préférence que de 7% des sondés. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.