Cet article date de plus d'un an.

Covid- 19 : depuis la pandémie, la bise a bel et bien disparu du bureau

La tournée de bises en arrivant au travail, c’est bel et bien fini. Et ça n’est pas prêt de revenir. Alors que les chiffres de contamination repartent à la hausse en cette rentrée, laissant présager une huitième vague de contamination, les opposants à la bise sont devenus largement majoritaires en entreprise.

Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Deux salariés se font la bise dans leur entreprise. (JEAN PAUL DOMB / MAXPPP)

Selon un sondage mené par le site de recrutement Qapa, dès 2020, 72% des Français avaient cessé de faire la bise à leurs collègues - ce qui laisse quand même 28% d’embrasseurs envers et contre tous les virus -, mais ce chiffre est monté à 91% de réfractaires en 2021 et à 90% en 2022.

La poignée de main revient et elle n’est pas moins orthodoxe d’un point de vue sanitaire, mais la bonne vieille poignée de mains reprend du service au travail. 41% des salariés déclarent souhaiter pouvoir de nouveau serrer la main de leurs collègues, alors qu’ils n’étaient que 27% dans ce cas en 2021. Les réfractaires à la poignée de main, tout aussi contaminante, sont donc moins nombreux. Ils passent de 52% en 2021 à 39% cette année.

Le salarié s'observe beaucoup plus qu'avant

Les salariés français ont toutefois appris à vivre avec le virus donc plus question d’aller travailler s’ils ne se sentent pas bien. Au moindre symptôme, désormais, l’isolement est de mise. Près des trois quarts des salariés interrogés déclarent qu’ils resteront chez eux dès qu’ils se sentiront mal fichus. C’est bien plus qu’en 2020, au début de l’épidémie : il y a deux ans, seuls 48% des Français étaient prêts à s’arrêter aux premiers signes du virus. Ils seront de même très vigilants avec leurs collègues : 79% des salariés assurent qu’ils demanderont à un ou une collègue malade de rester à la maison pour ne pas prendre le risque de contaminer le reste de l’équipe.

Pour autant, ils n’ont pas envie de remettre le masque au travail mais certains ne sont pas prêts à le lâcher, même s’il n’est plus obligatoire. Ils sont 19% à continuer à le porter au bureau en l’absence de toute consigne. Mais la majorité des salariés, 54%, n’a aucune intention de le remettre, quelle que soit la situation. Seuls 27% consentiront à la porter si on le leur demande. Ce qui pourrait bien arriver : 92% des Français sont persuadés que l’épidémie reviendra chaque année comme la grippe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.