C'est mon boulot, France info

Bilan 2019 : les entreprises se lancent dans la formation des apprentis

On fait le point sur l'année qui vient de s'écouler avant de se pencher sur ce qui nous attend dans le monde du travail l'année prochaine. Ce mercredi on reparle de la création de centres de formation d'apprentis pour les entreprises, une petite révolution qui pourrait amener des milliers de jeunes vers de nouveaux métiers.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des apprenties coiffeuses au CFAA de Mulhouse (Haut-Rhin). Photo d\'illustration.
Des apprenties coiffeuses au CFAA de Mulhouse (Haut-Rhin). Photo d'illustration. (MAXPPP)

Ça y est, les premiers apprentis d'un nouveau type ont rejoint leur nouvelle formation. Les deux premiers CFA d'entreprise, des centres de formation d'apprentis ouverts par des entreprises privées, ont vu le jour à Montpellier.

Le premier a été inauguré par le club de football de la ville pour former au métier d'éducateur sportif. Et le deuxième a été lancé par le groupe Nicollin, spécialisé dans la gestion des déchets. Il sera consacré aux métiers de l'environnement et doit former les futurs cadres intermédiaires de l'entreprise et du secteur.

Depuis que les nouvelles règles en matière de formation des apprentis s'appliquent, une soixantaine d'entreprises se sont portées candidates pour ouvrir ces CFA nouvelle génération. La loi a beaucoup simplifié les choses. Auparavant, il fallait l'aval de la région alors que désormais une simple déclaration suffit et le financement est passé aux mains des branches professionnelles.

Des métiers émergents ou sont en forte évolution

C'est pour l'instant la condition. Mais elle pourrait être assouplie. Dans la pratique, les entreprises qui veulent créer ces CFA privés ont du mal à recruter. Il n'y a pas, dans la région où elles sont implantées, de formations qui préparent les futurs salariés dont elles ont besoin. D'autant qu'elles en ont besoin rapidement. Ca fait partie des avantages de ces nouveaux CFA : les apprentis peuvent entrer en formation à tout moment, plus besoin d'attendre la rentrée de septembre. Et les titres décernés sont reconnus par l'État en six mois, alors qu'il fallait compter trois ans avant la réforme.

Les entreprises qui se sont engagées, c'est par exemple l'Oréal, qui lance en janvier, à Paris, son propre centre de formation. On y apprendra à couper les cheveux, mais aussi à gérer une entreprise et à encadrer une équipe. Adecco, Accor, Korian et Sodexo se sont associés dans un CFA commun qui formera 1 000 jeunes par an aux métiers de la cuisine et de la restauration. Schneider Electric, Safran, Arc International sont aussi dans les starting blocks. Mais il n'y a pas que des grandes entreprises. Des paysagistes, qui n'arrivent pas à recruter, envisagent de se regrouper pour ouvrir un centre commun.

Au premier semestre, le nombre de jeunes inscrits en apprentissage était en hausse de plus de 8%. Une tendance qui devrait s'accentuer en 2020.

Des apprenties coiffeuses au CFAA de Mulhouse (Haut-Rhin). Photo d\'illustration.
Des apprenties coiffeuses au CFAA de Mulhouse (Haut-Rhin). Photo d'illustration. (MAXPPP)