Présidentielle 2022, pouvoir d'achat, Covid-19... Le "8h30 franceinfo" d'Éric Zemmour

écouter (26min)

Éric Zemmour était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 22 novembre 2021.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Éric Zemmour était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 22 novembre 2021. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Éric Zemmour était l'invité du "8h30 franceinfo", lundi 22 novembre 2021. Sa candidature à l'élection présidentielle de 2022, le pouvoir d'achat, la stratégie contre le Covid-19... Il répond aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia. 

Candidature à la présidentielle : "C'est une question de jours"

"C'est une question de jours", déclare Éric Zemmour, interrogé sur l'éventuelle annonce de sa candidature à l'élection présidentielle. Il fera cette annonce quand il l'aura décidé, "cela va venir, ne soyez pas impatients", ajoute-t-il, estimant que "tout peut encore arriver".

Éric Zemmour s'est ensuite présenté comme le "seul à pouvoir" sauver la France, "le seul à avoir le courage et la détermination de le faire", dénonçant le fait que pendant sa carrière de journaliste politique, "beaucoup" de politiciens lui ont dit "en privé, tu as raison" en faisant "tout le contraire en public". "Je me dis que la situation est tragique, que mon pays peut mourir, qu'il est en passe de ne plus être la France, d'être remplacé par un autre peuple et une autre civilisation", dénonce-t-il.

Covid-19 : "On en fait trop"

"Depuis un an et demi, on a beaucoup joué avec la peur des gens, c'est très excessif, on en fait trop et on en fait trop depuis le début", déclare Éric Zemmour, interrogé à propos de l'épidémie de Covid-19. Celui qui n'a pas encore annoncé sa candidature à la présidentielle appelle à "remettre cette épidémie à sa juste mesure", considérant par ailleurs que "tout le monde en fait trop", notamment les autres pays d'Europe.

"Lors du premier confinement, on avait l'impression que c'était le blitz, qu'on était bombardé à Londres par l'armée allemande tous les jours, et cela rend service au gouvernement", poursuit-il. Selon lui, le pass sanitaire "n'est pas un sujet prioritaire, c'est une habileté tactique d'Emmanuel Macron et de tous les médias" permettant de "changer de sujet" pour ne pas parler du "sujet majeur" qu'il considère être l'immigration.

"Réserver" les minimas sociaux aux Français

"On prend le pouvoir d'achat par le mauvais bout", déclare Éric Zemmour. Selon lui, "le pays s'est appauvri parce que le pays s'est désindustrialisé". Interrogé sur ses propositions pour lutter contre ce constat, Éric Zemmour propose "d'entamer la réindustrialisation" et de "réduire le poids de la protection sociale" qui "empêche de payer des salaires élevés".

Pour "ne pas réduire le modèle social des Français", Éric Zemmour souhaite "que la solidarité nationale redevienne nationale". "Je propose que les dépenses sociales non contributives, allocations familiales, allocations logement, minimum vieillesse, RSA, soient retirées aux étrangers et soient réservés aux Français", déclare-t-il.

Patrimoine :  "Un appartement à 1,3 million, ce n'est pas ce qu'on appelle des riches"

Selon Eric Zemmour, "les gens soumis à l'impôt sur la fortune nouvelle forme, souvent, ne sont pas des gens spécialement riches, ils ont simplement un bel appartement à Paris." L'impôt sur la fortune immobilière (IFI) concernent ceux dont la valeur nette du patrimoine immobilier excède 1,3 million (abattement de 30% déduit dans le cas d'une résidence principale). Pas de quoi en faire des "riches", selon Eric Zemmour. "1,3 million à Paris, c'est un 100 mètres carrés. Ce n'est pas ce qu'on appelle des riches. Les riches, ils ont tous les moyens, avec leurs fiscalistes, de tourner cette règle." 

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du lundi 22 novembre 2021 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.