Législatives, réforme des institutions, pouvoir d'achat... Le 8h30 franceinfo de Gérard Larcher

écouter (26min)

Le président du Sénat a déclaré être favorable au retour du "septennat non renouvelable" et à l'instauration de 20% de proportionnelle à l'Assemblée nationale.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gérard Larcher, président LR du Sénat, était jeudi 12 mai l’invité du 8h30 franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Gérard Larcher, le président du Sénat, était l'invité du 8h30 franceinfo, jeudi 12 mai 2022. Il répondait aux questions de Sahlia Brakhlia et Marc Fauvelle.

"Un septennat non renouvelable"

Gérard Larcher a admis sur franceinfo avoir "fait une erreur" en soutenant en 2000 le passage au quinquennat, mis en place en 2002 par le président Jacques Chirac, après un référendum en sa faveur. Le président du Sénat s'est dit "favorable" à la réintroduction du septennat pour le mandat présidentiel, mais un "septennat non renouvelable".

Au sujet des élections législatives et de la répartition des sièges à l'Assemblée nationale, Gérard Larcher explique qu'il a "évolué" et que le taux de 20% des députés élus à la proportionnelle lui semble le plus approprié.

Pouvoir d'achat : le "quoi qu'il en coûte" ne doit pas devenir un "quoi qu'il advienne"

"On ne pourra pas continuer le 'quoi qu'il en coûte', vers une forme de 'quoi qu'il advienne'", affirme Gérard Larcher, le président LR du Sénat, concernant les mesures anti-inflation en faveur du pouvoir d'achat promises par Emmanuel Macron d'ici le mois de juillet.

"L'urgence c'est comment se nourrir ? Comment se déplacer ? Comment se chauffer ?", selon Gérard Larcher, qui estime que les mesures annoncées par le président de la République sont "nécessaires". Mais "en face, il va falloir mettre des recettes et des économies", prévient le président du Sénat, qui rappelle que la France cumule"3 000 milliards de dettes" et évoque le déficit de la balance commerciale, le taux d'inflation, la hausse des taux d'intérêts. Validera-t-il le texte au Sénat ? "Il faut d'abord voir ce qu'il y a dedans", répond Gérard Larcher, "mais il faut soutenir les Français".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.