Grève dans les transports, service minimum, retraites, trottinettes électriques... Ce qu'il faut retenir de l'interview de Clément Beaune

écouter (26min)

Le ministre délégué chargé des Transports était l'invité du "8h30 franceinfo", mardi 24 janvier 2023.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 4 min.
Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, sur franceinfo, mardi 24 janvier 2023. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, était l'invité du 8h30 franceinfo, mardi 24 janvier 2023. Il répondait aux questions de Marc Fauvelle et Salhia Brakhlia.

Grève pendant les vacances : Beaune appelle à "la responsabilité" et au "respect" des Français

Alors que les organisations syndicales menacent de faire grève dans les transports lors des vacances scolaires de février, Clément Beaune a appelé à "la responsabilité, à du respect, à tenir compte aussi des situations des Français". Il estime que l'on "doit aussi prendre en compte les galères des Français" qui ont déjà subi une grève à la SNCF à Noël. En attendant, la prochaine journée de mobilisation est prévue le 31 janvier. "Ça va être une journée difficile, forcément", dit-il. Cette journée de grève "va avoir des impacts dans les transports publics".

Service minimum : pas de réquisition à la SNCF

"Non !" il n'y aura pas de réquisition à la SNCF en cas de grève, a indiqué Clément Beaune. "C’est le dernier recours quand vous avez une situation de blocage qui menace le fonctionnement vital du pays", souligne-t-il. Le gouvernement avait réquisitionné des grévistes lors des blocages des raffineries à l'automne dernier. Le ministre des Transports a montré en exemple l'Italie qui a réussi à mettre en place un service minimum grâce au dialogue social.

"Il y a effectivement des jours qui sont préservés, des fêtes très importantes comme Noël", qui ne peuvent pas être touchés par des grèves et la solution italienne est "une solution intéressante", dit-il. En France, "il n'y a pas aujourd'hui de dates qui sont sanctuarisées", mais "il faut en discuter avec les organisations syndicales", mais "pas maintenant". La priorité reste la réforme des retraites. "Il vaut mieux avoir un dialogue social apaisé" pour avancer sur ces sujets, dit-il.

Retraites et régimes spéciaux : "L'effort est collectif"

"Le décalage de l'âge légal, il s'applique partout, y compris pour ceux qui sont encore sous des régimes spéciaux" à la SNCF, a indiqué Clément Beaune. C'est un "principe d'équité. Il y a un effort qui est collectif, équitable", dit-il. Le gouvernement va aussi mettre "fin progressivement" aux régimes spéciaux à la RATP pour les nouveaux entrants : "On met fin au régime parce que c'est une mesure de justice. L'histoire sociale, syndicale n'est plus la même aujourd'hui pour la RATP, pour la SNCF", a-t-il expliqué.

Retraites des femmes : la réforme "bénéficiera aux femmes"

"Ce sont les femmes qui sont les victimes d'une situation sociale défavorable et ce sont elles qui vont bénéficier le plus" de la réforme des retraites, a affirmé Clément Beaune alors qu'une étude d'impact de la réforme réalisée par les services de l'État montre que les femmes seraient pénalisées. Elles travailleront sept mois supplémentaires en moyenne contre cinq mois pour les hommes. Selon lui, jamais une réforme n'avait autant "pris en compte les situations individuelles et spécifiques" comme "la question des aidants, la question du congé parental, la question de la revalorisation des petites retraites, la question de la décote", a-t-il détaillé. "Si vous mettez tout ça bout à bout, je crois qu'on a un équilibre qui est équitable et qui bénéficiera au total aux femmes", a-t-il affirmé.

Panne Gare de l’Est : "Un acte de malveillance"

Le trafic à la gare de l'Est à Paris sera interrompu "toute la journée" de mardi après un "incendie volontaire", a indiqué la SNCF : "C'est un acte de malveillance qui est à l'origine de cette panne que je regrette évidemment pour l'impact sur beaucoup de gens qui prennent les transports pour le boulot", a réagi Clément Beaune. Cet acte de malveillance doit être "sévèrement sanctionné".

Métro : "C'est une situation extrêmement galère"

Depuis septembre, prendre le métro à Paris, "c’est la galère. C'est une situation extrêmement galère, extrêmement difficile", a admis Clément Beaune. Le ministre des Transports a rappelé que les transports publics en Île-de-France en général souffrent d'"une pénurie massive" de conducteurs et de chauffeurs. "4 000 personnes seront recrutées en 2023 par la RATP", a-t-il rappelé. "C'est deux fois plus que d'habitude", dit-il. Il espère "au début du printemps" une "amélioration progressive" et "qu'on revienne à la situation au début du printemps, je crois que c'est aujourd'hui possible", a-t-il indiqué.

Trottinettes électriques : l'interdiction est "une solution simpliste"

L’interdiction des trottinettes en libre-service est "une solution simpliste", selon Clément Beaune. "À titre personnel, je ne suis pas favorable à l'interdiction", a indiqué le ministre des Transports. La maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé un referendum local sur le sort des trottinettes électriques en libre-service. Le ministre délégué admet que l'utilisation des trottinettes électriques "devient un problème dans certains cas. On annoncera dans les prochaines semaines un plan de régulation qui sera une sorte de boîte à outils dont pourront se saisir les villes. Mon boulot, c'est que l’on contrôle plus, qu'on sanctionne mieux et qu'on donne des outils aux collectivités locales", a-t-il expliqué.

-------------------

Retrouvez l'intégralité du "8h30 franceinfo" du mardi 24 janvier 2023 :

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.