8h30 Fauvelle-Dély, France info

Européennes : une union "avec le PS, ça me paraît compliqué", affirme Ian Brossat

Ian Brossat était l'invité du 8h30 politique de franceinfo jeudi 27 décembre. La tête de liste PCF aux Européennes qui exclut toute alliance avec le Parti socialiste.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Ian Brossat, adjoint au maire de Paris et tête de liste du PCF aux élections européennes, invité de franceinfo le 27 décembre 2018. 
Ian Brossat, adjoint au maire de Paris et tête de liste du PCF aux élections européennes, invité de franceinfo le 27 décembre 2018.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Une union de la gauche pour les élections européennes ? Oui mais pas toute la gauche. C'est ce qu'affirme Ian Brossat, invité du 8h30 politique de franceinfo le jeudi 27 décembre. 

La tête de liste du PCF aux Européennes l'avoue, "avec le PS", une alliance "paraît compliquée". En cause, une vision totalement différente de l'Europe explique Ian Brossat. "Le PS maintient qu’on peut faire l’Europe sociale avec des traités européens libéraux ce qui est une arnaque". Une alliance qui paraît encore plus compliquée si Ségolène Royal prend la tête de liste socialiste, elle qui "a défendu tous ces traités européens qui nous conduisent aujourd'hui dans les difficultés dans lesquelles nous sommes. Elle a expliqué que le traité de Maastricht était la cinquième merveille du monde […] Il ne peut pas y avoir d'alliance avec des gens qui sont favorables aux traités européens actuels", poursuit Ian Brossat.

En revanche, "les discussions ont commencé" avec d'autres mouvements à gauche. "Je tends la main à ceux qui, comme Jean-Luc Mélenchon [La France insoumise], comme Benoît Hamon [Générations], considèrent que l'Europe actuelle est une Europe qui nous conduit dans le mur", explique Ian Brossat."Je pense qu'il faut qu'on se parle avec ceux qui portent comme nous l'idée que l'Europe doit être autre chose qu'une machine à produire de l'austérité", a ajouté Ian Brossat, expliquant avoir déjà rencontré "à quelques reprises" Benoît Hamon et qu'une "délégation du Parti communiste" allait "rencontrer La France insoumise".  

Européennes : quid des "gilets jaunes" ?

Interrogé sur l'éventuelle présence de "gilets jaunes" sur une liste PCF aux Européennes, Ian Brossat se dit "favorable"

"Je souhaite qu'il y ait des gilets jaunes, qu'il y ait des blouses blanches, des cols bleus, je souhaite que cette France du travail qui s'est beaucoup exprimée ces dernières semaines trouve sa place dans notre liste aux élections européennes. On ne peut pas avoir un mouvement aussi massif, aussi massivement soutenu par l'opinion publique et avoir ensuite des élections européennes qui soient complètement déconnectées de cette réalité sociale-là", estime-t-il.

Des manifestations de gilets jaunes émaillées de nombreux débordements, mais pour Ian Brossat " résumer le mouvement à cela" est "d’une mauvaise foi absolue".

Tout en condamnant ces violences, Ian Brossat estime qu'"il n’y aurait pas eu de mouvement des 'gilets jaunes' s’il n’y avait pas eu autant d’injustices sociales".  

Quelles mesures pour le logement à Paris ?

L'encadrement des loyers à Paris sera remis en vigueur "au premier trimestre 2019" assure l'adjoint au logement à la Mairie de Paris. Car "depuis un an qu'il n'est plus en vigueur, les loyers ont explosé dans la capitale", explique Ian Brossat qui souhaite "remettre un peu de modération dans les prix".

Concernant les logements insalubres, Ian Brossat affirme qu'"il n'y en a plus à Paris", en tout cas "plus de quartiers ou d'immeubles entiers". Il s'agit désormais de "traquer les logements insalubres à l'échelle des copropriétés".

Ian Brossat qui confirme également que la Ville de Paris va "responsabiliser" les plate-formes de location de logements touristiques entre particuliers, comme Airbnb. Si elles ne font "pas le ménage" et ne retirent "pas les annonces illégales", les plate-formes seront "condamnées".

La photo de Brigitte Macron et Marcel Campion

Concernant la photo de Brigitte Macron avec le forain Marcel Campion accusé de propos homophobes, Ian Brossat estime que la première dame "n'aurait pas dû faire cette photo". "Soit elle a été piégée, et c'est étrange", soit elle l'a fait "volontairement" et "c'est grave", estime Ian Brossat.

Regardez l'intégralité de l'interview de Ian Brossat sur franceinfo le 27 décembre 2018 :

RADIO FRANCE

Ian Brossat, adjoint au maire de Paris et tête de liste du PCF aux élections européennes, invité de franceinfo le 27 décembre 2018. 
Ian Brossat, adjoint au maire de Paris et tête de liste du PCF aux élections européennes, invité de franceinfo le 27 décembre 2018.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)