Tensions UE-Pologne : Gilbert Collard affirme son soutien à la Pologne, et accuse l'Union Européenne de jouer les "maîtresses-chanteuses"

écouter (7min)

"La Pologne ne fait que rappeler à l'UE qu'elle ne doit pas outrepasser ses pouvoirs", estime ce vendredi sur franceinfo Gilbert Collard, eurodéputé Rassemblement national. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gilbert Collard, eurodéputé Rassemblement national, à un colloque sur la liberté d'expression à Paris, le 27 février 2020. (LIONEL GUERICOLAS / MAXPPP)

L'eurodéputé du Rassemblement National (RN), Gilbert Collard a affirmé vendredi 8 octobre sur franceinfo, son soutien à la Pologne dans l'affaire qui l'oppose à l'Union européenne. Par ailleurs, il accuse l'UE de jouer les "maîtresses-chanteuses", et rappelle "qu'elle n'a pas le pouvoir de dominer la Constitution de ses pays membres."

Jeudi, la Cour polonaise a déclaré que certains articles du traité de l'UE étaient incompatibles avec la Constitution polonaise et dénonce la suprématie absolue du droit communautaire européen sur le droit polonais. La Pologne a demandé à l'Union européenne, de ne pas "agir au-delà du champ de leurs compétences". Un point de discordance qui inquiète les plus hauts responsables de l'UE. "C'est le risque d'une sortie de facto" de l'UE, a observé le secrétaire d'État aux Affaires européennes Clément Beaune sur RMC/BFMTV.

"Vive la Pologne libre et souveraine", lance l'eurodéputé

Pour l'avocat et eurodéputé Gilbert Collard, "la Pologne ne fait que rappeler à l'UE qu'elle ne doit pas outrepasser ses pouvoirs". Ce matin, l'avocat a tweeté "Vive la Pologne libre et souveraine". Une position qu'il assume au micro de franceinfo  vendredi, précisant qu'il se trouve dans "son rôle de député européen". "Il n'y a qu'à prendre exemple sur l'article 54 de notre Constitution, qui pose comme règle qu'aucun article ne peut être supérieur à la Constitution".

Selon l'article 54 de la Constitution française, "si le Conseil constitutionnel déclare 'qu'un engagement international comporte une clause contraire à la Constitution', une révision de celle-ci doit précéder la ratification ou l'approbation dudit engagement international". Une situation que souhaite appliquer la Pologne dans son désaccord avec l'Union européenne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.