19h20 politique, France info

"Gilets jaunes" : "Les manifestants doivent se poser la question de savoir quelle histoire ils veulent laisser", estime Christophe Castaner

Le ministre de l'Intérieur était l'invité de franceinfo mardi 19 février.

Christophe Castaner, ministre de l\'Intérieur, invité sur franceinfo, le 26 avril 2017.
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, invité sur franceinfo, le 26 avril 2017. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / FRANCE-INFO)

Après plus de trois mois de mobilisation des "gilets jaunes", "les manifestants doivent se poser la question de savoir quelle histoire ils veulent laisser : celle de la violence ou celle de ce grand débat social qu'ils ont porté", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, invité de franceinfo mardi 19 février.

"Un mouvement social aussi important que celui des 'gilets jaunes' doit s'interroger. Il a marqué le moment présent", souligne le ministre de l'Intérieur. Il rappelle que des "mesures fortes, près de 10 milliards d'euros, sont mobilisées pour y répondre", et qu'un "grand débat national est né". "Les choses ne doivent pas s'arrêter là", insiste le ministre.

Le mouvement se "radicalise"

Mais Christophe Castaner tient à avertir les manifestants. "S'ils continuent, ils le savent, c'est la spirale de la violence qui marquera de samedi en samedi". Il affirme que le mouvement des "gilets jaunes" s'est "radicalisé dans les faits, parce que des ultras se servent des manifestations pour venir casser, agresser". Les "gilets jaunes" ont "un choix simple", lance Christophe Castaner. "Il n'est plus temps de se battre, mais plutôt de débattre", a-t-il déclaré.

>> Christophe Castaner s'est également exprimé sur l'antisémitisme et la manifestation organisée mardi soir à Paris. "C'est la République qui est attaquée", a affirmé le ministre de l'Intérieur.

Christophe Castaner, ministre de l\'Intérieur, invité sur franceinfo, le 26 avril 2017.
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, invité sur franceinfo, le 26 avril 2017. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / FRANCE-INFO)