18h50 franceinfo, France info

La condamnation d'Isabelle Balkany "est extrêmement sévère", estime son avocat

"J'ai l'impression que c'est comme si un nouveau monde jugeait un ancien monde", affirme Pierre-Olivier Sur, qui dénonce un "effet annonce" après cette condamnation.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Pierre-Olivier Sur, avocat d\'Isabelle Balkany, le 18 octobre 2019, sur le plateau de franceinfo.
Pierre-Olivier Sur, avocat d'Isabelle Balkany, le 18 octobre 2019, sur le plateau de franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

La condamnation d'Isabelle Balkany "est extrêmement sévère", estime vendredi 18 octobre sur franceinfo Pierre-Olivier Sur, l'avocat de la première adjointe à la mairie de Levallois-Perret. Il souligne en particulier que le tribunal correctionnel ne condamne pas les époux Balkany pour détournement d'argent public. Isabelle Balkany a été condamnée à quatre ans de prison ferme pour blanchiment aggravé de fraude fiscale.

Que penser du jugement rendu ce vendredi ?

Pierre-Olivier Sur : Ce jugement dit deux choses. La première, c'est qu'il n'y a pas de corruption, il n'y a pas de détournement d'argent public, c'est le président [du tribunal] qui l'a dit. C'est un message qu'on martèle peut-être, mais il nous faut bien réagir au "bashing" médiatique dont Isabelle et Patrick Balkany ont souffert depuis des années : Balkany, Levallois, la corruption… et bien aujourd'hui, la justice vient dire qu'il n'y a pas de corruption, en tout cas dans ce dossier.

L'avocat de Patrick Balkany, Eric Dupond-Moretti, a parlé de dérives judiciaires, de monstruosité en ce qui concerne ce jugement, vous partagez ces mots ?

Moi, ce que je constate avec un peu de distance, c'est que la condamnation est extrêmement sévère. C'est une condamnation pour blanchiment de fraude fiscale qui, concernant Isabelle Balkany, s'applique à un héritage qui lui a été transféré via la Suisse il y a 31 ans. Et avec cet héritage, elle a pu acheter la fameuse villa Pamplemousse [aux Antilles], qui a été vendue moins de 2 millions de dollars il y a quelques temps. C'est quelque chose qu'elle a reçu, c'est la transmission de l'héritage. Est-ce qu'il est raisonnable que 34 ans plus tard, pour ce qu'elle n'a finalement pas elle-même conçu, on la condamne à de la prison ferme ? La réponse est dans la jurisprudence, dans toutes les décisions rendues en matière fiscale : jamais on ne va en prison ferme dans ce schéma-là.

Pour vous, le juge est allé trop loin ?

Le juge a sans doute voulu à travers Balkany faire un "effet annonce", pour dire à travers eux que la société, que la République, réagit sur la matière fiscale. Mais j'ai aussi l'impression que c'est comme si un nouveau monde jugeait un ancien monde. Sauf que ce qu'on déteste aujourd'hui, on l'adulait hier quand c'était l'enterrement de Jacques Chirac. Ce qu'on adulait hier, on le déteste aujourd'hui, en condamnant finalement le trésorier de Jacques Chirac.

Est-ce à dire qu'une nouvelle campagne municipale des Balkany se dessine, comme le laisse entendre Isabelle Balkany ?

Moi, je ne fais aucune projection politique, je suis avocat, je suis spécialiste de cette procédure pénale qui est mise entre parenthèses, puisque l'appel a un effet suspensif.

Pierre-Olivier Sur, avocat d\'Isabelle Balkany, le 18 octobre 2019, sur le plateau de franceinfo.
Pierre-Olivier Sur, avocat d'Isabelle Balkany, le 18 octobre 2019, sur le plateau de franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)