Enquête de l'Europe sur les subventions chinoises aux voitures électriques : "Une belle victoire", se réjouit Nathalie Loiseau, car "c'était une demande française"

Nathalie Loiseau, eurodéputée Renew, présidente de la sous-commission sécurité et défense du Parlement européen, était l'invitée de franceinfo, mercredi.
Article rédigé par franceinfo ­
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min
Nathalie Loiseau, le 13 septembre 2023 sur franceinfo. (FRANCEINFO)

"Ce n'est pas une guerre commerciale, c'est simplement se faire respecter", a réagi mercredi 13 septembre sur franceinfo Nathalie Loiseau, eurodéputée Renew, présidente de la sous-commission sécurité et défense du Parlement européen. Elle se réjouit de l'annonce par la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen de l'ouverture d'une enquête sur les subventions chinoises aux voitures électriques, un geste salué par les constructeurs de l'UE qui dénoncent une concurrence déloyale. Ursula von der Leyen, a prononcé ce jeudi son dernier discours de l'état de l'Union.

>> Elargissement de l'UE, Pacte vert, subventions chinoises... Ce qu'il faut retenir du dernier discours sur l'état de l'Union du mandat d'Ursula von der Leyen

"On veut pouvoir développer des véhicules électriques en Europe sans se faire blackbouler par la Chine qui dit qu'elle joue dans les règles du marché. Ce n'est pas vrai, fustige Nathalie Loiseau. On sort enfin du temps de la naïveté vis-à-vis de la Chine et je trouve que c'est une très bonne chose. C'était une demande française, la Commission européenne l'a entendue. C'est une belle victoire."

'"Se faire respecter est essentiel"

"Si être compétitif, c'est subventionner son industrie comme le fait la Chine, c'est une fausse compétition", poursuit Nathalie Loiseau. L'idée, selon elle, "c'est de faire une procédure anti-dumping, de leur dire : on veut la vérité des prix." Nathalie Loiseau cite l'exemple des panneaux solaires. "A l'époque, l'Europe disait que c'était la concurrence libre et non faussée : si on peut acheter des panneaux solaires pas chers en Chine, tant mieux. Résultat, on a totalement laissé filer cette compétence-là d'Europe. Est-ce qu'on veut faire la même chose sur les voitures électriques dont on sait à quel point c'est important ?"

Il n'est pas sûr que l'Allemagne veuille entamer un bras de fer avec les Chinois, alors que Berlin voit chuter ses exportations vers la Chine, mais pour Nathalie Loiseau, "la Commission [européenne] a pris sa décision, elle lance sa procédure" et Ursula von der Leyen, "c'est quelqu'un qui réfléchit aux intérêts de l'ensemble des Européens. Là-dessus, elle a bien fait". "On a vu notre industrie se délocaliser vers l'Asie, vers la Chine depuis des décennies, on a perdu des emplois, des compétences en innovation technologique, ce n'est pas du protectionnisme, se faire respecter, c'est essentiel, c'est ce qu'on attend de l'Europe".

<meta itemprop="name" content="Enquête de l'Europe sur les subventions chinoises aux voitures électriques : " une="" belle="" victoire",="" se="" réjouit="" nathalie="" loiseau,="" car="" "c'était="" demande="" française""="">

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.