18h50 franceinfo, France info

Affaire des écoutes : "Je soutiens Nicolas Sarkozy,et je lui trouve beaucoup de courage dans ces épreuves qu'il affronte", déclare Nadine Morano

Dans le procés des "écoutes", le parquet national financier a requis quatre ans de prison, dont deux ferme, contre l'ancien président de la République.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nadine Morano, eudéputée LR, était l\'invité du \"18h50 franceinfo\" mardi 8 décembre.
Nadine Morano, eudéputée LR, était l'invité du "18h50 franceinfo" mardi 8 décembre. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"Je soutiens Nicolas Sarkozy. Je lui trouve beaucoup de courage dans ces épreuves qu'il affronte", a réagi mardi 8 décembre sur franceinfo Nadine Morano, eurodéputée Les Républicains, alors que le parquet national financier a requis quatre ans de prison, dont deux ferme, pour l'ensemble des délits qui sont reprochés aux trois prévenus, Nicolas Sarkozy, son avocat Thierry Herzog et l'ancien magistrat Gilbert Azibert, dans l'affaire des "écoutes".

>> Procès de Nicolas Sarkozy : l'article à lire pour comprendre l'affaire des "écoutes"

"C'est une réquisition, on va attendre le jugement", souligne Nadine Morano. Elle pointe dans cette affaire le fonctionnement du PNF, "créé par François Hollande. On sait, sur les déclarations de la juge qui était en charge de l'affaire de François Fillon, la célérité avec laquelle il agit".

Je trouve ça assez étonnant et je trouve que le fonctionnement de ce parquet national interroge et interpelle beaucoup.

Nadine Morano, eurodéputée LR

à franceinfo

Jean-François Bonaire, le patron du PNF, a affirmé que "personne ne cherche à se venger d'un ancien président de la République". "Pourquoi a-t-il besoin de le dire ? A-t-il besoin de se justifier pour sortir une phrase comme ça", s'interroge Nadine Morano. 

"Il n'y a pas un problème avec les policiers, il y a un problème de commandement"

Emmanuel Macron a décidé la tenue à partir de janvier 2021 d'un "Beauvau de la sécurité" afin d'"améliorer les conditions d'exercice" des forces de l'ordre et "consolider" leurs liens avec les Français. "Il n'y a pas un problème avec les policiers, il y a un problème de commandement", a affirmé l'eurodéputée LR.

Le président de la République a aussi évoqué la création d'une plateforme de signalement des discriminations. "C'est scandaleux, s'indigne Nadine Morano. Quand vous avez quelque chose à reprocher à un policier, vous allez déposer plainte. C'est gratuit. Il n'y a pas besoin de créer encore un gadget supplémentaire."Selon Nadine Morano, les Français "se sentent dans une insécurité totale, puisque ceux censés assurer leur sécurité sont eux-mêmes victimes de violences".

Quand les Français voient sur leur télévision des policiers obligés de reculer, qui se font agresser, qui se font violenter, comment voulez-vous que les Français se sentent en sécurité ?

Nadine Morano, eurodéputée LR

à franceinfo

Nadine Morano pointe également "une faute politique" du chef de l'État : "Il a été jusqu'à dire qu'il y avait des contrôles au faciès. Alors que quand les policiers effectuent des contrôles, ils le font au regard d'un individu qu'ils estiment devoir contrôler et notamment surtout dans certains quartiers, pour lutter contre la délinquance. Plutôt que d'aller saper leur travail, ils feraient mieux plutôt de les soutenir." Pour Nadine Morano, la phrase du président de la République "affaiblit nos forces de sécurité dans les quartiers les plus difficiles". "On doit soutenir les policiers", ajoute l'élue LR.

Nadine Morano, eudéputée LR, était l\'invité du \"18h50 franceinfo\" mardi 8 décembre.
Nadine Morano, eudéputée LR, était l'invité du "18h50 franceinfo" mardi 8 décembre. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)