Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Henri Guaino pointe la "fragilité de cette jeunesse" française qui part faire le jihad

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
mots croisés / FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Dans "Mots croisés" du lundi 17 novembre, Anne-Sophie Lapix recevait Henri Guaino, député UMP des Yvelines, face à l'eurodéputé et ex-codirigeant du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon. Interrogé sur la question des jeunes Français jihadistes, il a estimé qu'elle résulte d'un échec collectif envers la jeunesse. 

Alors que Maxime Hauchard, un jihadiste français de 22 ans, a été identifié sur la vidéo de l'exécution de l'Américain Peter Kassig par l'Etat islamique diffusée le 16 novembre, et que les autorités françaises enquêtent sur la possible présence d'un second Français sur cette vidéo, Anne-Sophie Lapix a questionné le député UMP des Yvelines Henri Guaino sur cette radicalisation d'une partie de la jeunesse française qui part faire le jihad.  

"La République n'a pas tenu ses promesses"

"Comment, dans le pays des droits de l'Homme [...], en sommes-nous arrivés là ?", se demande dans cet extrait l'ancienne plume de Nicolas Sarkozy. Et d'en conclure que "la République n'a pas tenu ses promesses".

Le député UMP ajoute que l'augmentation du nombre de jeunes Français séduits par le jihad doit "nous faire réfléchir, notamment sur le rapport que la République entretient - à travers l'école - avec les religions, avec les croyances des uns et des autres, avec la laïcité". Anne-Sophie Lapix a d'ailleurs rappelé que "80% de ces jeunes Français qui partent faire le jihad en Syrie viennent de familles laïques".

Endoctrinement, échec de la République... Henri Guaino pointe du doigt "la fragilité de cette jeunesse qui semble extrêmement vulnérable à tous les extrémistes et à tous les intégristes". Selon lui, c'est par l'école, l'éducation et la culture que l'Etat français peut trouver la solution à cette radicalisation. L'objectif étant de "former une jeunesse qui soit résistante aux assauts et à la propagande de ces gens-là"

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.