Cet article date de plus de sept ans.

Qui est Maxime Hauchard, le Français présent dans la vidéo de l'exécution de Peter Kassig ?

La justice française a ouvert lundi 17 novembre une enquête pour assassinat en bande organisée dans le cadre d'une entreprise terroriste, visant notamment Maxime Hauchard, un Normand de 22 ans en Syrie depuis 2013.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Une capture d'une vidéo du groupe Etat islamique, diffusée le 16 novembre 2014, montre le visage de Maxime Hauchard, un Normand de 22 ans qui a rejoint les jihadistes en 2013. (AL-FURQAN MEDIA / AFP)

Le parquet de Paris l'a confirmé. Maxime Hauchard est bien le jeune homme qui apparaît sur la la vidéo des décapitations de l'humanitaire américain Peter Kassig et de plusieurs prisonniers syriens, diffusée dimanche 16 novembre, par l'organisation Etat islamique

Une enquête a été ouverte, lundi 17 novembre, pour assassinat en bande organisée dans le cadre d'une entreprise terroriste, "visant les agissements de deux Français", dont Maxime Hauchard. Mais un deuxième Français pourrait être impliqué dans la décapitation de prisonniers par le groupe Etat islamique, selon le procureur de Paris.

Francetv info revient  sur ce que l'on sait de Maxime Hauchard.

Un Normand parti faire le jihad en 2013

"Il s'agit d'un jeune homme de 22-23 ans, originaire de Normandie, qui est parti en Syrie en août 2013", selon le spécialiste des questions de terrorisme Jean-Charles Brisard, interrogé par Le Figaro.fr. Maxime Hauchard est originaire d'une commune de 3 000 habitants, Le-Bosc-Roger-en-Roumois dans l'Eure, à une trentaine de kilomètres de Rouen (Seine-Maritime). 

Le jeune homme est parti en Syrie en empruntant un vol Paris-Istanbul "sous couvert d'action humanitaire", a annoncé François Molins, le procureur de Paris. Par ailleurs, le Normand a effectué un séjour en Mauritanie entre octobre 2012 et mai 2013 dans une école coranique. Il est revenu déçu car "l'enseignement n'était pas assez radical", toujours selon le procureur.

D'après Jean-Charles Brisard, le jeune homme se fait appeler en Syrie Abou Abdallah Al Faransi, soit Abou Abdallah Le Français. Dans la vidéo diffusée par le groupe Etat islamique, Maxime Hauchard se tient derrière un prisonnier syrien à genoux, un couteau à la main. On ne le voit pas exécuter l'otage, mais on distingue ensuite la tête de la victime, détachée de son corps.

Un jeune qui s'est radicalisé sur internet

Selon BFMTV, le jeune homme s'est radicalisé "seul sur internet" après s'être converti à l'islam. Néanmoins quand il était encore en France, Maxime Hauchard s'est rapproché d'un mouvement salafiste rouennais. En mai et mars 2014, il poste sur Facebook des photos de lui en tenues de combats appelant des futurs jihadistes à le rejoindre. En août 2014, la DGSI fait remonter une note sur lui. Le 24 octobre 2014, un mandat de recherche est lancé à son encontre. 

Interviewé depuis la Syrie en juillet, Maxime comme l'appelait alors la chaîne d'informations, confiait, à visage découvert : "C'est pas les vacances, mais c'est comme des vacances ici. (...) La mort, je l'attends avec joie. C'est une bonne nouvelle. Mon objectif personnel, bien évidemment, c'est le martyr."

Le jeune Français assure alors qu'il reste maître de ses choix. "Les gens pensent tous qu'il y a une sorte de gourou derrière qui nous met des choses dans la tête, mais en fait non, j'ai rencontré personne." Julien Martin, le journaliste de BFMTV qui l'avait interviewé, l'a décrit lundi comme "un garçon tranquille". "On sent une détermination très froide dans sa mission. Il n'a pas de passé judiciaire, ni psychiatrique a priori." Sa seule condamnation remonte à mai 2012. Le jeune homme a dû s'acquitter d'une amende de 300 euros pour conduite sans assurance et délit de fuite. 

"Un gentil garçon" pour ses proches

France 3 Haute-Normandie a pu rencontrer des voisins. Ils décrivent tous "un bon fils gentil et serviable", qui a reçu une éducation catholique. Certains proches du jeune homme ont également fait part de leur désarroi, lundi, sur RTLHugo, un ami de Maxime Hauchard qui a vu la vidéo, s'est dit "très choqué"."Je me demande comment on peut en arriver là, à cet âge-là", a-t-il déclaré. Selon la radio, l'entourage du jeune homme ne l'a "jamais vu comme quelqu'un de radical".

Même stupeur pour l'oncle du garçon, joint par BFMTV. "Moi je n'y crois pas à ce truc là. Ce n'est pas mon neveu qui a coupé une tête, c'est pas possible. Il ne ferait pas de mal à une mouche". Pour autant Pascal Hauchard est formel. Le jeune homme qui apparaît sur la vidéo, est bien son neveu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.