Vidéo Sous le plastique, la plage

Publié
Durée de la vidéo : 27 min
Envoyé spécial. Sous le plastique, la plage
Envoyé spécial. Sous le plastique, la plage Envoyé spécial. Sous le plastique, la plage (ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions
Surtourisme, gestion des déchets inexistante : l'île de Bali croule désormais sous les ordures, notamment le plastique. "Envoyé spécial" a suivi l'association Sungai Watch, qui tente de dépolluer les rivières de ces déchets.

Des montagnes de déchets s'accumulent au cœur de l'île de Bali, en Indonésie. Des ordures qui, en cas de pluie, tombent dans les rivières et finissent leur route dans l'océan. L'île croule désormais sous le plastique : elle produit chaque année 300 000 tonnes de déchets, envahissant les mangroves, les cours d'eau et les plages.

Tous proviennent de décharges sauvages, mais aussi d'habitants qui jettent leurs poubelles directement dans les cours d'eau, car à Bali, il n'y a ni ramassage ni gestion des ordures. L'Indonésie est le deuxième contributeur mondial à la pollution des océans après la Chine.

Des barrières dans les rivières, pour contenir les déchets

Pour empêcher les déchets de rejoindre l'océan, des barrières dans les rivières ont été construites, comme des barrages flottants, par Sungai Watch, une association qui les récupère puis tente de les recycler. Chaque jour, chacune de ces barrières bloque entre 5 et 150 kilos de déchets.

En trois ans, ces barrières ont permis d'empêcher 1 500 tonnes de plastique dans l'océan. Sungai Watch réfléchit à une seconde vie pour ces déchets plastique : certains peuvent par exemple être transformés en planches pour du fabriquer du mobilier, voire pour construire des maisons...

Un reportage d'Angélique Forget, Antoine Védeilhé, Oskars Goetso / ©Keyi Productions diffusé dans "Envoyé spécial" le 5 octobre 2023.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.