Vidéo Sextape à la stéphanoise

Publié
Durée de la vidéo : 44 min
Envoyé spécial. Sextape à la stéphanoise
Article rédigé par France 2
France Télévisions
Gilles Artigues, ancien premier adjoint au maire de Saint-Etienne, a été victime d’un chantage à la vidéo intime. Dans ce reportage construit comme une série noire, "Envoyé spécial" raconte, enregistrements à l’appui, toutes les étapes et les détails de l’opération qui visait à le compromettre et le réduire au silence.

"Cette affaire a brisé ma vie, elle a interrompu mon parcours brutalement… On me menaçait de diffuser des images tournées à mon insu. A partir de là, pour moi la vie s’est arrêtée", explique Gilles Artigues, adjoint au maire de Saint-Etienne (Loire) dans ce reportage de Valérie Astruc, Clément Le Goff et Hervé Pozzo. 

Devant les caméras du magazine d’Elise Lucet, l’élu de Saint-Etienne raconte comment il s’est retrouvé victime d’un piège à la vidéo intime, après avoir été filmé à son insu dans une chambre d’hôtel avec un escort boy. Longuement, Gilles Artigues se confie sur ses six années de "cauchemar" et accuse le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau (qui réfute cette accusation), d’avoir été au courant du chantage. 

"Tu ne seras plus publiquement en désaccord avec moi, sinon je publierai les images que tu sais"

Gilles Artigues détaille notamment comment, à l’issue d’une réunion, Gaël Perdriau lui aurait dit : "Tu ne feras plus jamais ça, tu ne seras plus publiquement en désaccord avec moi, sinon je publierai les images que tu sais." Gilles Artigues affirme encore : "Donc à partir de là, j'ai compris que non seulement il n'allait pas me défendre, non seulement il n'allait pas dénoncer ce piège ourdi par ses amis mais qu'en plus, il allait s'en servir pour me museler." Gilles Artigues évoque ensuite les années où il a vécu emprisonné dans son silence, ne disant rien à sa famille. "Je fonctionnais un peu comme un automate. Je faisais des choses, mais mon esprit était ailleurs. Et puis je vivais dans la hantise que ces images soient diffusées."

Dans ce reportage, la famille de Gilles Artigues témoigne aussi. Mireille Artigues, son épouse, raconte comment elle a vu son mari changer, "s’enfermer dans sa bulle" pendant toutes ces années. Sa fille Claire-Marie Artigues raconte aussi : "On l'a tout de suite senti. C'est des moments où on pouvait lui parler et il répondait plus. C'était vraiment quelque chose de particulier." Puis Mireille Artigues fait le récit de l’épreuve des révélations publiques: "Je me suis pris un mur en pleine figure. Son intimité était aussi la mienne, je me suis sentie mise à nue." Elle dit avoir cru les explications de son mari.

"Hilarité générale et, j'allais dire, jouissance générale"

Dans le reportage, Gilles Rossary Lenglet, qui fut proche d’un élu de majorité municipale et se présente comme le cerveau, "l’auteur du Kompromat", témoigne aussi longuement. Il raconte en détail l’infernale machination qu’il aurait mise en place. Moment fort, Gilles Rossary explique comment il aurait ensuite livré la vidéo au maire et à son directeur de cabinet et comment ils auraient réagi en voyant la vidéo : "Hilarité générale et, j'allais dire, jouissance générale", affirme-t-il. En exclusivité dans "Envoyé spécial", Gilles Rossary Lenglet révèle enfin des documents qui, selon lui, prouveraient qu’il aurait été rémunéré par de l’argent public pour monter ce piège contre Gilles Artigues. Toutes ces accusations sont réfutées en bloc par Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne mis en examen pour chantage en avril 2023, qui s’exprime aussi dans le reportage. 

Un reportage de Valérie Astruc, Clément Le Goff, Hervé Pozzo, Gabriel Viallet, Michel Leray, Arnaud Beruel; Elise Guyonnet et Elliot Raimbaud, diffusé dans "Envoyé spécial" le 15 juin 2023.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.