Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Le service civique, un choix par défaut ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Envoyé spécial
PAUL SANFOURCHE / france 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le service civique serait-il un moyen de pallier la pénurie d'emploi chez les jeunes ? C'est en tout cas l'avis d'un groupe de volontaires rencontrés par "Envoyé spécial". Extrait de l'émission du jeudi 16 avril.

Créé en 2010, le service civique a été imaginé comme un moyen de retisser du lien social en France. Tout jeune entre 18 et 25 ans peut postuler comme volontaire pour une période de six à douze mois. Les missions donnent lieu à une couverture sociale et une indemnité prises en charge par l'État, complétée par la structure d'accueil. Mais l'allocation versée est souvent insuffisante pour vivre, surtout dans les grandes villes. Le service civique ne ressemblerait-il pas, finalement, à un emploi au rabais pour les jeunes ? 

C'est l'avis de ce groupe de volontaires invités au Conseil économique, social et environnemental (CESE), une assemblée de la République dont le pouvoir est uniquement consultatif. Un peu moqueur, Tcharly, l'un des jeunes, s'étonne que la "troisième assemblée de France" ait "zéro pouvoir" !

De beaux discours sur la citoyenneté, loin de la réalité

Smartphone en main, ils analysent pendant leur pause déjeuner les vidéos faisant la promotion du service civique, et ne mâchent pas leurs mots. "Ils font de la bonne mixité sociale !" lâche l'une. Un autre rétorque : "On parie que le prochain [ndlr, qui apparaît à l'écran] est métissé..." L'éclat de rire est collectif lorsqu'une jeune métisse témoigne à son tour des avantages du service civique sur le site officiel. Un jeune conclut : "Ça ne donne tellement pas envie d'en faire un."

"Dans les faits, on n'est pas là en train de se glorifier en se disant 'waouh, je fais mon service citoyen, y'a pas meilleur citoyen que moi' [...]. On cherche une professionnalisation, et puis oui, ça nous fait plaisir de nous engager. Mais que les politiques n'arrêtent pas de ronfler là-dessus, c'est parce qu'ils n'ont plus rien à dire et qu'ils veulent combler le fait qu'il n'y a aucun emploi pour les jeunes", déclare une volontaire.

Plus de 20% des jeunes de 18 à 25 ans ne trouvent pas d'emploi, et certains préfèrent s'engager dans un service civique plutôt que d'être au chômage. Une réalité très éloignée des beaux discours politiques sur l'engagement citoyen. 

Sur Twitter, de nombreux internautes ont partagé ce sentiment :   

 

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Envoyé spécial

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.