Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Complément d'enquête. Yves Bouvier, le roi des ports francs, accusé d'escroquerie et recel

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 4 min
Complément d'enquête. Yves Bouvier,le roi des ports francs accusé d'escroquerie
Complément d'enquête. Yves Bouvier,le roi des ports francs accusé d'escroquerie Complément d'enquête. Yves Bouvier,le roi des ports francs accusé d'escroquerie
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Idéal pour stocker des œuvres d'art sans payer de taxes : les ports francs. Le roi du secteur s'appelle Yves Bouvier, et il navigue en pleine tempête judiciaire entre des Picasso et un milliardaire russe. Extrait de "Complément d'enquête" sur la "triche des riches".

"Complément d'enquête" dévoile une astuce des "riches qui trichent" : stocker des grands crus ou des toiles de maître dans les ports francs, ces coffres-forts géants en bout de piste de l'aéroport de Genève ou Singapour, sortes de duty free géants, véritables cavernes d'Ali Baba. Le numéro 1 mondial du secteur est un homme d'affaires suisse, Yves Bouvier. Il y a bâti sa fortune, et est aujourd'hui au cœur d'un scandale à 500 millions d'euros.

En février 2015, cet entrepreneur discret est arrêté à Monaco : un milliardaire russe a porté plainte contre lui pour escroquerie. Dmitri Rybolovlev, le propriétaire du club de foot AS Monaco, l'accuse d'avoir empoché des marges exorbitantes sur une trentaine de tableaux passés par ses ports francs. Des chefs-d'œuvre de Modigliani, Toulouse-Lautrec, Vinci ou Klimt...

Un Picasso très cher payé, deux autres volés...

Surtout, Bouvier lui aurait revendu pour 25 milliards d'euros un Picasso acheté la veille 3,5 milliards. Des négociations opaques réalisées dans le secret des ports francs ? Le marché de l'art est peu réglementé, et Yves Bouvier argue de son droit à "faire de bonnes affaires"... en passant sous silence la revente de deux Picasso volés.

Depuis, l'homme est en contact permanent avec son avocat, mais les affaires continuent. Dans cet extrait, le voici en train de faire son marché à la Foire d'art contemporain de Singapour, où il ne vient pas acheter de l'art, mais recruter de nouveaux clients. Deux semaines plus tard, le magazine l'a rencontré au Luxembourg, où il ouvre un nouveau port franc...

Extrait de "Complément d'enquête. Procès Cahuzac : les riches trichent-ils encore ?" du 11 février 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.