Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Complément d'enquête. Payé à ne rien faire depuis douze ans par la SNCF

C'est la vie au placard (doré) de Charles Simon, cadre à la SNCF, depuis douze ans : il gagne 5 000 euros par mois... à ne rien faire. Selon les syndicats, il y aurait dans l'entreprise 300 cadres placardisés. Extrait de cette rencontre dans "Complément d'enquête".

Depuis douze ans, Charles Simon parcourt le monde. Ce cadre supérieur à la SNCF a tout son temps : il est payé 5 000 euros par mois... à ne rien faire. Il dit être lanceur d'alerte : depuis la découverte d'une fraude de 20 milliards d'euros, son employeur lui aurait suggéré de rester chez lui. En l'absence de véritables preuves, difficile de savoir ce qu'il en est...

Ce qui est sûr, c'est que Charles Simon empoche le jackpot à chaque fin de mois. Il montre ses fiches de paie à Baptiste des Monstiers : "Chacune pèse 5 000 euros. Nets. La plus rigolote, c'est celle de juin 2015 : 5 361 euros nets. Parce que j'ai ma prime de vacances." Primes de vacances et augmentations régulières incluses, Charles a touché en douze ans 800 000 euros de salaire. 

La SNCF aurait-elle acheté le silence d'un salarié ?

Selon Charles, ce placard doré serait le prix de la tranquillité pour la SNCF. Fin 2002, quand il pointe les prétendues fraudes, voici ce que son DRH lui aurait répondu : "A partir de maintenant, tu resteras chez toi. On t'enverra ta feuille de paye tous les mois. Tu nous emmerdes pas, on t'emmerde pas." 

La SNCF nie la fraude, mais cette affaire l'embarrasse. Selon les syndicats, l'entreprise compterait 300 cadres placardisés. Interrogée, la directrice des ressources humaines du groupe, Béatrice Lafaurie, assure que non, Charles Simon n'est pas au placard, et que la SNCF tente depuis douze ans de recaser ce salarié ingérable, cette "personnalité atypique".

La placardisation, à la SNCF ou non, un phénomène qui vous a fait réagir sur Twitter :