Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Complément d'enquête. Kerviel : l'enquêtrice dit avoir été "instrumentalisée" par la Société générale

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Complément d'enquête. Kerviel : l'enquêtrice dit avoir été "instrumentalisée" par la Société générale
France 2 / Complément d'enquête

L'affaire Kerviel va-t-elle rebondir ? Le 18 janvier, l'ex-trader sera de nouveau au tribunal pour demander la révision de son procès. Pièce maîtresse du dossier, le témoignage choc de l'enquêtrice de la Brigade financière, qui pense avoir été manipulée par la Société générale. Extrait de "Complément d'enquête", à voir le 14 janvier.

Jérôme Kerviel, l'ex-trader accusé d’avoir fait perdre 4,9 milliards d'euros à la Société générale, a été condamné à trois reprises à cinq ans de prison, dont trois ferme. Le 18 janvier, il sera de nouveau au tribunal pour demander la révision de son procès. Cette fois, un témoignage clé pourrait faire basculer le dossier : Nathalie Le Roy, la commandante de la Brigade financière, pense avoir été "instrumentalisée" par la Société générale. Elle s'explique dans un "Document de Complément" à voir le 14 janvier. En voici un extrait.

L'ancien trader à la Société générale a reconnu des mises frauduleuses d'un montant de 50 milliards d'euros, mais il a toujours affirmé qu'à la banque, "tout le monde savait". En octobre 2012, ses plaintes contre la banque ont été classées sans suite.

"La Société générale m'a emmenée où elle voulait qu'on aille"

Pourtant, Nathalie Le Roy en est aujourd'hui convaincue : lors de sa première enquête, la banque l'a noyée sous des données techniques pour détourner son attention. "La Société générale m'a emmenée dans la direction où elle voulait qu'on aille", témoigne l'enquêtrice. Aujourd'hui, elle pense avoir été "instrumentalisée" et dit sa "colère" contre elle-même. 

Extrait de "Kerviel : au cœur du mensonge", un document de "Complément d'enquête" à voir le 14 janvier 2016.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Complément d'enquête

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.