Complément d'enquête, France 2

Complément d'enquête : "Attentats, les enfants perdus du jihad"

a revoir

Présenté parNicolas Poincaré

Diffusé le 08/01/2015Durée : 01h5

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Pour des raisons de droits de rediffusion, cette émission n'est plus disponible.

Après l'attentat qui a touché le journal Charlie Hebdo, Complément d'enquête revient sur ce drame qui a provoqué la mort de 12 personnes, dont les dessinateurs Charb, Cabu, Wolinski et Tignous. L'émission décrypte les motivations des jihadistes français.

Les traques

La France a déjà vécu des traques comme celle qui a lieu en ce moment contre les frères Kouachi, les tireurs présumés de Charlie Hebdo. Il y a eu Mohamed Merah en 2012 et Khaled Kelkal en 1995, le principal responsable de la vague d'attentats à Paris. Yvan Martinet et Zoé de Bussière reviennent sur la traque de ces terroristes. 

De la cité à la Syrie

Michael est un adolescent parti faire le jihad sur un coup de tête. Fin décembre, ce très jeune converti à l'islam est passé des fêtes de Noël en famille au chaos syrien. A Nice, fin 2013, quelques petits groupes de copains avaient rejoint la Syrie à quelques semaines d'intervalle. Ils font partie de la" génération Facebook". Et comme un phénomène de mode, ils partagent sur les réseaux sociaux des photos d'armes et de figures historiques du terrorisme. Mais du virtuel au réel, c'est le choc, et certains n'ont pu supporter ce qu'ils ont découvert dans ces pays en guerre. Romain Boutilly et Mathieu Rénier ont pu recueillir un témoignage exclusif. Celui d'un jeune récemment rentré de Syrie. Un Français traumatisé par ce qu'il a vu et vécu sur place. 

Les "Ch'tis d'Allah"

Yvan Martinet et Yann Moine reviennent sur l'itinéraire de Christophe Caze et Lionel Dumont. Pour beaucoup de jeunes tentés par le jihad, ce sont des modèles. Ces deux étudiants de Roubaix s'étaient convertis au jihadisme dans les années 1990 et étaient partis combattre en Bosnie au sein de la brigade "El Moudjahid". À leur retour, ils avaient semé la terreur dans le Nord de la France en multipliant les braquages. La presse les avait surnommés les "Ch'tis d'Allah".

data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==