"Affaires sensibles". 1975, l'année de la femme

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 55 min
 -
Affaires sensibles - ()
Article rédigé par France 2
France Télévisions
Accueil glacial des premières féministes, déchaînement de misogynie dans les médias... "Affaires sensibles" revient sur la mise en œuvre laborieuse de l'"Année de la femme" en France.

Qui s’en souvient aujourd’hui ? Les Nations unies avaient décidé de faire de 1975 "l’Année internationale des femmes". Le magazine "Affaires sensibles" revient sur la mise en musique laborieuse de cette initiative onusienne par le gouvernement français d’alors.

Accueil glacial des premières féministes, déchaînement de misogynie jusque dans les médias traditionnels, cette "Année internationale de la femme" aux multiples rebondissements en France fut le théâtre d’incroyables excès. L’émission présentée par Fabrice Drouelle en fait la chronique rocambolesque, qui résonne et étonne en ces années post-MeToo.

Un premier secrétariat d'Etat à la Condition féminine

En France, en 1975, c’est à Françoise Giroud que revient l’organisation de l’Année internationale de la femme. Elle a été nommée quelques mois plus tôt à la tête du premier secrétariat d’Etat chargé de la Condition féminine par le président de la République Valéry Giscard d’Estaing.

Elle va trouver face à elle le Mouvement de libération des femmes (MLF), qui organise le 8 mars une manifestation contre cette Année de la femme qu'il juge être une "mascarade". Deux conceptions du féminisme s’affrontent, l’une réformiste défendue par la secrétaire d’Etat, l’autre révolutionnaire.

Une France conservatrice, attachée au modèle patriarcal

Françoise Giroud sera aussi confrontée aux railleries de la France conservatrice de l’époque, attachée au modèle patriarcal. En témoigne son interview en direct dans une émission présentée par Bernard Pivot, dont le titre, à lui seul, donne le ton : "Encore un jour et l’année de la femme, ouf ! C’est fini !"

"Affaires sensibles" a recueilli les témoignages des plus proches collaborateurs de la secrétaire d’Etat, Françoise Giroud. Arlette Chabot, jeune journaliste de 23 ans et rare femme dans cette profession à l’époque, se remémore son interview du président de la République réalisée dans le cadre d’une émission spéciale. Des militantes du MLF nous font revivre ce combat qu’elles ont mené il y a plus de 45 ans.

Un documentaire d'Alexis de La Fontaine, David Beaucaire, Bruno Maruani / France TV Presse.

"Affaires sensibles", une coproduction France Télévisions, France TV presse, France Inter et l’INA, adaptée d’une émission de France Inter.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.