Cet article date de plus de sept ans.

13h15 le samedi : "La détresse des parents dont les enfants sont partis faire le jihad"

Lors de l'émission du "13h15" ce samedi sur France 2, les journalistes du reportage "Embrigadés" ont rencontré plusieurs familles dont les enfants ont quitté la France pour la Syrie au nom d'un islam radical. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
(Photo d'illustration) Une adolescente française arrêtée alors qu'elle était sur le point de partir en Syrie raconte son expérience dans "Le Nouvel Obs", le 1er octobre 2014.  (ROSS DURANT PHOTOGRAPHY / GETTY IMAGES)

Depuis plusieurs mois, la guerre en Syrie, qui oppose les partisans du régime de Bachar Al-Assad à l'armée syrienne libre (ASL), s'étend jusqu'à nos frontières.

De plus en plus de jeunes Français, convertis à l'islam ou musulmans, partent pour la Syrie. Ces derniers ne sont pas forcément des adolescents isolés et sans amis.

Comment ces jeunes sont-ils passés d'une vie normale à un extrême religieux ? Comment leurs familles gèrent-elles un quotidien incertain ?

Dounia Bouzar, présidente du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l'islam (CPDSI), tente d'expliquer le mécanisme d'emprise du discours des jihadistes sur ces jeunes. Ils leur expliquent notamment que par leurs actions, ils trouveront un sens à leur vie, un sentiment d'intégration, et un rôle qui jusque-là leur avait été confisqué. Le vocable utilisé est celui de l'"élu", du "sauveur", de la "terre sainte" à libérer.

Dounia Bouzar affirme qu'elle a été contactée par 135 familles. Certaines d'entre elles ont décidé de lancer un appel avec cette vidéo qui met en garde contre les dérives de l'Islam radical afin d'éviter que d'autres enfants ne partent dans un pays en guerre pour y risquer leurs vies. 

Un numéro vert a été mis à disposition par le ministère de l'Intérieur à l'attention des familles en détresse : 0800 005 696

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers 13h15

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.