L'UMP va exclure le maire qui souhaite "interdire le culte musulman"

Après la sortie islamophobe du maire de Venelles, Robert Chardon, sur Twitter, le député-maire de Nice Christian Estrosi a jugé, vendredi, que ces propos étaient intolérables.

Capture d\'écran du compte Twitter de Robert Chardon.
Capture d'écran du compte Twitter de Robert Chardon. (TWITTER)

"Il faut interdire le culte musulman en France." Le tweet, définitif et sans nuance, est signé Robert Chardon, maire UMP de Venelles, commune de 8 300 habitants des Bouches-du-Rhône. Le message, posté par l'élu jeudi 14 mai, est précédé du hashtag #NSDIRECT, lancé par Nicolas Sarkozy pour que les internautes puissent lui poser des questions lors d'un échange organisé sur Twitter vendredi, à partir de 11h30.

Vendredi, le député-maire UMP de Nice (Alpes-Maritimes) Christian Estrosi a jugé "intolérables" ces propos, et a ajouté qu'une procédure d'exclusion de l'UMP était en cours. Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente du mouvement, l'a confirmé, dénonçant "des propos absurdes qui ne correspondent en aucune manière aux valeurs et au projet de l'UMP".

Après ce premier tweet, Robert Chardon a posté plusieurs autres messages de la même teneur. Depuis, il répond aux internautes qui lui opposent une contradiction. A ceux qui lui indiquent, par exemple, qu'une telle proposition serait contraire à la Constitution, Robert Chardon répond qu'il suffirait d'y ajouter un article.

Capture d\'écran du compte Twitter de Robert Chardon, le 15 mai 2015.
Capture d'écran du compte Twitter de Robert Chardon, le 15 mai 2015. (TWITTER)

Joint par Le Monde, Robert Chardon, qui est également vice-président de la communauté d'agglomération d'Aix-en-Provence, a confirmé être bien l'auteur de ces tweets, écartant la piste d'un possible piratage de son compte Twitter : "C'est la seule solution pour résoudre les problèmes que connaît la France. Et j'attends la réponse de Nicolas Sarkozy à cette proposition", déclare-t-il.

Absent des affaires municipales depuis près de 6 mois

Atteint d'un cancer depuis plusieurs mois, l'élu explique au journal avoir "beaucoup réfléchi" pendant son traitement : "J'en suis arrivé à cette conclusion. Il faut interdire l’islam en France, mais aussi déclencher un plan Marshall pour permettre à ceux qui veulent pratiquer la religion musulmane de le faire dans leurs pays d’origine."

Contacté par francetv info, Didier Desprez, chef de file de l'opposition municipale à Robert Chardon, déclare ne pas reconnaître le maire de la ville. "C'est un homme de droite, avec des idées bien arrêtées, mais jusqu'à présent, je ne l'avais jamais entendu tenir de tels propos", se désole-t-il. L'élu explique ne plus avoir aperçu le maire depuis que sa maladie s'est déclarée, en fin d'année 2014. Les affaires municipales sont, depuis, gérées par sa première adjointe.

"Un délire total"

"J’ai l'impression qu’il est tombé dans un délire total. Je ne suis pas médecin, mais je préfère mettre ses propos sur le compte de la maladie", continue Didier Desprez, qui précise que l'opposition envisage de profiter du prochain conseil municipal, le 20 mai, pour demander la démission du maire.

Interrogé par l'AFP, Robert Chardon assure en tout cas qu'il compte "aller plus loin" et se "présenter aux régionales et à la présidentielle", annonçant sont intention de concourir à la primaire UMP, tout du moins s'il reste dans ce parti. "Je risque d'être exclu, reconnaît-il. Dans ce cas, je vais créer un nouveau parti."