Cet article date de plus de six ans.

Salon de l’agriculture : Sarkozy, un retour en ciblant Hollande

Nicolas Sarkozy a visité à son tour mercredi le Salon de l’agriculture qui se tient à Paris. L’ex-chef de l’Etat a ironisé sur "une promesse non-tenue" de François Hollande.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nicolas Sarkozy, mercredi au Salon de l’agriculture, a ironisé sur son successeur à l'Elysée © MaxPPP)

Passage obligé des élus et des présidents, anciens ou actuels, le Salon de l’agriculture qui se tient en ce moment à Paris attire les postures de campagne, à un mois des élections départementales. Le président de l’UMP a arpenté à son tour mercredi les allées du Salon en moquant François Hollande et en évitant de parler de Marine Le Pen.

Ironie dans les travées

Lors de son passage Porte de Versailles au Salon de l'agriculture inauguré samedi par François Hollande, Nicolas Sarkozy s'est moqué de son successeur à l’Elysée. En 2013, le président Hollande avait répondu en souriant à un enfant qui lui demandait où était Nicolas Sarkozy : "Tu ne le verras plus ". Des journalistes lui ont rappelé cette réponse et le président de l’UMP a rétorqué, sans nommer François Hollande :

"Encore une promesse non tenue."

La visite de Nicolas Sarkozy au Salon de l’agriculture : un reportage de Yannick Falt
écouter

Marine Le Pen évoquée, mais pas nommée

Interrogé sur la présidente du Front national dont la visite au Salon de l’agriculture est prévue jeudi, Nicolas Sarkozy a fait savoir qu’il ne voulait pas en parler.

"Cette dame, je ne veux pas parler d’elle, c’est un symptôme, pas une solution."

Une façon sans doute de se démarquer de Manuel Valls qui, sur le même lieu lundi, avait mis en garde les agriculteurs contre la tentation de voter Front national.

A LIRE AUSSI ►►►Au Salon de l'agriculture, la campagne anti-Fn de Manuel Valls

La brève réplique de Nicolas Sarkozy à propos de son refus de parler de Marine Le Pen sonne comme une réponse à l’avertissement lancé par le Premier ministre. L’ex-chef de l’Etat a estimé que "les agriculteurs, ce qu’ils veulent c’est vivre normalement de leur travail ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.