Remaniement : pourquoi les Verts ont dit non à Manuel Valls

Après d'intenses tractations et des dissensions internes, le parti écologiste a finalement décidé de quitter le gouvernement, et de ne pas participer à celui du nouveau Premier ministre.

Le Premier ministre, Manuel Valls, et l\'ex-ministre du Logement, Cécile Duflot, le 20 février 2013 à Paris.
Le Premier ministre, Manuel Valls, et l'ex-ministre du Logement, Cécile Duflot, le 20 février 2013 à Paris. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)

Ils n'entreront pas au gouvernement. Europe Ecologie-Les Verts a décidé mardi 1er avril qu'aucun de ses membres ne participerait au nouveau gouvernement de Manuel Valls. Cette décision, qui fragilise la majorité de François Hollande à l'Assemblée nationale, a été prise au terme d'une journée d'intenses négociations entre le parti et le nouveau Premier ministre.

Francetv info vous explique pourquoi ils ont dit non.

Parce que les ex-ministres en ont décidé ainsi

Officiellement, c'est le bureau exécutif du parti qui a voté la sortie du gouvernement, contre l'avis des deux groupes parlementaires. Mais les deux anciens ministres, Cécile Duflot et Pascal Canfin, ont fortement influencé cette décision en claquant la porte du gouvernement quelques minutes après la nomination de Manuel Valls. "Nos ministres ont décidé de manière un peu personnelle de poser un oukase sur Manuel Valls", a regretté la coprésidente du groupe EELV à l'Assemblée nationale, Barbara Pompili, favorable à la participation au gouvernement. 

FRANCE 2

Son collègue François de Rugy a également dénoncé "une démarche personnelle de deux ministres" et "un mauvais coup porté à l'écologie et aux écologistes". Le député de Loire-Atlantique a rappelé que le nouveau chef du gouvernement avait proposé "un calendrier précis, y compris sur la transition énergétique" ou encore "un ministère de l'Ecologie élargi".

Parce que c'est Valls aux commandes

Plus que les propositions socialistes, c'est la personnalité et la ligne politique de Manuel Valls qui ont poussé les écologistes vers la sortie. L'ex-ministre du Logement, Cécile Duflot, s'était vivement opposée à l'ancien ministre de l'Intérieur après ses déclarations polémiques sur les Roms.

Dans leur communiqué commun de lundi soir, les deux ex-ministres écologistes du gouvernement avaient estimé que "les idées portées par le nouveau Premier ministre depuis plusieurs années, notamment lors de la primaire du Parti socialiste ou comme ministre de l'Intérieur, ne constituent pas la réponse adéquate aux problèmes des Françaises et des Français".

Parce qu'ils sont échaudés par leur expérience gouvernementale

Dans une interview au Monde, Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale du parti, l'a reconnu : Manuel Valls "a fait la proposition que François Hollande ne nous a pas faite en 2012". Mais, "on ne peut pas oublier les deux ans passés d'une expérience gouvernementale qui a eu des hauts et des bas", a-t-elle rappelé.

En clair, le parti n'est pas satisfait de la manière dont le PS l'a traité pendant deux ans, sur des sujets comme l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Ils ne veulent pas revivre la même désagréable expérience.