Cet article date de plus de quatre ans.

Primaire de la gauche : Peillon critiqué sur Twitter pour avoir employé l'expression "origine musulmane"

En employant l'expression "origine musulmane" lors du premier débat de la primaire de la gauche, Vincent Peillon s'est attiré de nombreuses critiques sur le réseau social.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Vincent Peillon, candidat à la primaire de la gauche, lors du premier débat, le 12 janvier 2017. (PHILIPPE WOJAZER / AFP)

La maladresse n'est pas passée inaperçue. En employant l'expression "origine musulmane" lors du premier débat de la primaire de la gauche, jeudi 12 janvier, Vincent Peillon s'est attiré de nombreuses critiques sur Twitter. Il évoquait à ce moment les attaques terroristes, en commençant par celles menées par Mohamed Merah en 2012.

>> Cinq séquences à retenir du premier débat de la primaire de la gauche

"Dans notre pays, des enfants juifs ont été tués – ça n'était pas arrivé depuis longtemps – d'une balle dans la tête il y a maintenant presque cinq ans (...) deux appelés du régiment, dont l'un était d'origine musulmane. Et puis nous avons connu les attentats de Charlie Hebdo (...) les attentats du Bataclan (...) et puis il y a eu un prêtre", a énuméré Vincent Peillon, retraçant les attentats qui ont secoué la France ces dernières années.

Des Républicains en profitent pour fustiger "le communautarisme socialiste"

Sur Twitter, plusieurs internautes, mais également des personnalités de gauche comme de droite se sont insurgés de l'emploi de la formule "origine musulmane", le terme "origine" pouvant selon eux s'appliquer à une ethnie ou à une nationalité, mais pas à une religion.

A droite, l'ancienne porte-parole des Républicains, Lydia Guirous, estime ainsi qu'en "confondant ethnie et religion", Vincent Peillon a prononcé une "énième ineptie qui fait le jeu des communautaristes".

Même son de cloche du côté de Gérald Darmanin, directeur de campagne de Nicolas Sarkozy lors de la primaire de la droite : "Peillon parle de 'personne d'origine musulmane...'. Quand le communautarisme socialiste rencontre la médiocrité imbécile", a tweeté le maire LR de Tourcoing.

La militante féministe de gauche Caroline de Haas a quant à elle fustigé l'absence de réaction sur le plateau : aucun des six autres candidats, ni les journalistes présents n'a relevé les propos de l'ancien ministre de l'Education.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.