Cet article date de plus de quatre ans.

Salarié, contribuable, chômeur... Si Manuel Valls devient président, voici ce que ça changera pour vous

L'ancien Premier ministre, arrivé deuxième du premier tour de la primaire de gauche, a déjà annoncé de nombreux objectifs, mais son programme comporte pour l'instant peu de mesures précises et chiffrées. En voici les principales conséquences sur votre porte-monnaie.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Manuel Valls, candidat à la primaire de la gauche, le 3 janvier 2017 à Paris. (PHILIP ROCK / ANADOLU AGENCY / AFP)

Après Matignon, l'Elysée ? Fort de son expérience de Premier ministre, Manuel Valls estime être le mieux armé pour représenter la gauche de gouvernement à la présidentielle. Entre continuité et idées nouvelles, que propose-t-il concrètement ? Arrivé deuxième du premier tour de la primaire de la gauche, dimanche 22 janvier, le candidat avait présenté trois semaines plus tôt un programme de 50 pages qui énonce de nombreux objectifs mais comporte encore peu de mesures précises et chiffrées. Salariés, chômeurs, chefs d'entreprise… Voici ce que vous promet Manuel Valls s'il accède à l'Elysée en mai.

>>> Primaire de la gauche : suivez en direct les réactions au lendemain du premier tour

Si vous êtes salarié

Les bénéficiaires de la prime d'activité pourraient voir son montant augmenter. Entrée en vigueur en janvier 2016, elle est versée aux salariés aux faibles revenus. "Nous devrons la rendre plus incitative en revalorisant son montant, en particulier pour soutenir les couples qui travaillent à deux et ceux qui doivent recourir à des heures supplémentaires pour améliorer leurs fins de mois", explique Manuel Valls sans plus de précisions.

Mais l'annonce la plus remarquée est le retour de la défiscalisation des heures supplémentaires, mise en place par Nicolas Sarkozy et supprimée dès l'arrivée de la gauche au pouvoir en 2012. Sur ce point, Manuel Valls estime que cette décision a été "incomprise par les salariés qui ont pu être lésés" et qui y ont vu "le symbole d’une dévalorisation des efforts qu’ils fournissaient".

Par ailleurs, vous n'êtes peut-être pas au courant, mais vous allez devenir titulaire dans les jours qui viennent, comme tous les salariés, d'un compte personnel d'activité (CPA). Un mécanisme prévu par la loi Travail et dont Manuel Valls veut faire "une véritable sécurité sociale professionnelle". A terme, il souhaite que chacun puisse capitaliser sur ce compte "une partie de ses droits à congés et les utiliser en cas d'événement personnel ou familial ou pour consacrer du temps à un engagement citoyen".

Enfin, pour tenter d'inciter les salariés à se syndiquer, l'ancien chef du gouvernement proposera aux partenaires sociaux la généralisation du "chèque syndical", une idée déjà évoquée lors de son bail à Matignon. Le principe : l'employeur distribue un chèque à l'ensemble de ses salariés, grâce auquel ils adhèreront (ou non) au syndicat de leur choix.

Si vous êtes une femme

Sur le papier, Manuel Valls se fixe un objectif ambitieux : il souhaite diviser par deux l'écart de salaires entre les hommes et les femmes, et même le faire disparaître complètement en dix ans. Sans pour autant détailler la manière dont il compte s'y prendre.

Par ailleurs, le candidat déplore que les femmes soient trop peu représentées dans les disciplines scientifiques et technologiques. Elles "ne sont toujours que 15% des élèves de polytechnique et 20% des acteurs de l’économie numérique", note-t-il, disant vouloir "en cinq ans doubler le nombre de femmes accédant aux carrières scientifiques et technologiques".

Si vous êtes travailleur indépendant

Vous n'en pouvez plus du RSI, le très critiqué régime social des indépendants ? Manuel Valls n'évoque pas sa suppression. Mais reconnaissant que la protection sociale des indépendants "est plus faible que celle des salariés", il veut combler l'écart "partout où il existe", c'est-à-dire en matière de retraite, maternité, accidents du travail et chômage. "Je propose un principe simple : 'Entre salariés et indépendants : à revenu égal, cotisations et protection sociale égales'", affirme-t-il.

Si vous êtes sans emploi

Manuel Valls met en avant "un droit à la formation immédiat", notamment par le biais du compte personnel d'activité. "Toute personne qui a le besoin immédiat d’accéder à une qualification (jeune sans diplôme, chômeur qui doit se reconvertir) doit pouvoir le faire", à hauteur de "400 ou 500 heures inscrites sur le CPA immédiatement", détaille-t-il.

Si vous avez des revenus modestes

Manuel Valls propose la mise en place d'un "revenu décent", sous conditions de ressources, pour "toute personne âgée de plus de 18 ans et résidant régulièrement sur le territoire national". Actuellement, le RSA socle est réservé aux plus de 25 ans. Selon l'ancien Premier ministre, "cet outil permettra de remettre de l'ordre dans les outils de la solidarité nationale, de les rendre plus lisibles et équitables".

Si vous êtes chef d'entreprise (ou que vous voulez le devenir)

Des hausses d'impôts puis des baisses d'impôts dans le même quinquennat ? Promis, c'est fini. Manuel Valls entend garantir une "stabilité fiscale et sociale" pour les entreprises, dont les dirigeants réclament régulièrement de la visibilité à long terme.

"Je souhaite que le Parlement définisse, une fois pour toutes, en début de quinquennat, les orientations générales des politiques fiscales qui seront conduites dans certains domaines structurants pour les acteurs économiques, dont la fiscalité de l’épargne, celle du logement, celle des bénéfices et celle de l’énergie, précise Manuel Valls. Seules les réformes prévues et annoncées dans ce cadre seront ensuite mises en œuvre." Paradoxe : le projet de Manuel Valls est pour l'instant très peu précis sur le contenu de ces "orientations" censées être adoptées en début de mandat.

Si vous souhaitez vous lancer dans l'entrepreneuriat, Manuel Valls vous promet "un vrai droit à la création d'entreprise", avec un accompagnement et surtout un accès facilité au crédit, avec "un prêt significatif de l'Etat à taux zéro, sans remboursement pendant les premières années".

Si vous êtes retraité

Les petites retraites seront revalorisées "autant que possible", promet l'ex-Premier ministre. "La retraite minimale de ceux qui ont assez cotisé pour avoir une retraite à taux plein sera augmentée de 10%", s'engage-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire de la gauche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.