Parti socialiste : les anti-Nupes se retrouvent dans la Sarthe pour fonder une "nouvelle fédération de gauche"

Emmenés par Stéphane Le Foll, ces "dissidents" se réunissent dans la Sarthe, avec l'idée de reconstruire avant les élections de 2027.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Stéphane Le Foll, le maire du Mans, en mai 2022. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Ils voulaient peser et s'opposer à l'effacement du parti socialiste au sein de l'alliance de gauche de la Nupes. Mais les dissidents du PS ont raté leur pari aux législatives avec des scores décevants. Ces derniers se retrouvent ce samedi 16 juillet, dans la Sarthe, à l'initiative du maire du Mans Stéphane Le Foll, pour tenter d'incarner une "nouvelle fédération de gauche" et pour imaginer la gauche de demain. Un objectif qui paraît encore lointain.

>> PS : "Il n’y a jamais eu de purge", se défend Olivier Faure

D'ailleurs, "Au PS il n’y a plus grand-chose à perdre, il n’y a plus rien", lâche, un peu désabusé, François Hollande, qui sera absent pour raison d'agenda, mais qui dit soutenir la démarche. L'ancien président de la République estime qu'il "faut aller au bout de la clarification au PS" et reconstruire une force en capacité de remporter la présidentielle de 2027.

Le passé

Ce rendez-vous, initié par l'ancien ministre Stéphane Le Foll à Arnage, tente de poser les fondations d'une "nouvelle fédération de gauche". L'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve - dont le nom est apparu dans les Uber Files récemment - et la présidente de région Occitanie Carole Delga seront présents à distance, en visio-conférence. L'ancien premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis y sera. Tous sont conscients que la ligne qu'ils incarnent est vue comme le passé par l'actuelle direction.

L'accord avec la Nupes a donné un sérieux coup de barre à gauche au PS. Le maire du Mans et ses alliés cherchent, eux, une troisième voix entre le centre gauche et Emmanuel Macron, une gauche de responsabilité loin de la radicalité des Insoumis. Sauf que les résultats des dissidents PS aux législatives ne valident pas leur stratégie et que d'autres anciens ministres socialistes, comme François Rebsamen, leurs disputent ce segment politique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Parti socialiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.