Municipales 2020 à Nancy : le nouveau maire socialiste de Nancy, Mathieu Klein, veut "donner du pouvoir aux habitants"

Mathieu Klein a fait tomber une ville bastion de la droite depuis plus de 70 ans. Pour autant, il exprime son inquiétude face à l'"enracinement de la désaffection démocratique" et entend prouver aux électeurs que ça sert à quelque chose de voter.

Mathieu Klein, nouveau maire de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 28 juin 2020.
Mathieu Klein, nouveau maire de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 28 juin 2020. (PATRICE SAUCOURT / MAXPPP)

"L'alliance de la gauche et des écologistes est la seule qui peut aujourd'hui refonder un projet politique crédible et sérieux, pour montrer que nous avons enfin pris en compte la transition écologique", estime lundi 29 juin sur franceinfo le socialiste Mathieu Klein, tout nouvellement élu maire de Nancy (Meurthe-et-Moselle), une ville qui était à droite depuis 1947.

>> Réactions, analyses... Suivez en direct toutes les infos liées au second tour des municipales 2020

"Ce n'est plus seulement l'union de la gauche", cette alliance peut s'étendre "à tous les citoyens qui ont envie aujourd'hui de construire un avenir politique différent", assure Mathieu Klein.

Ce n'était pas simplement une victoire gauche contre droite. Mathieu Klein, nouveau maire PS de Nancyà franceinfo

"Beaucoup d'électeurs avaient envie d'un renouvellement, et même des électeurs de droite et du centre-droit avaient envie aujourd'hui d'un renouvellement de la classe politique et des élus nancéiens", souligne-t-il. Il note que "beaucoup d'habitants ne se reconnaissent plus dans le clivage gauche droite". "Cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas un attachement à des valeurs claires sur la justice sociale, sur la solidarité", ajoute le maire, "il faut aussi que nous soyons capables de nous réinventer au-delà des mots, pour donner envie de venir travailler, agir, réfléchir sur des valeurs, sur une éthique, une morale, une façon de faire de la politique".

Le nouveau maire de Nancy, qui confie sa "très grande émotion doublée d'une très grande responsabilité" d'être élu, dit son "inquiétude" face à l'"enracinement de la désaffection démocratique", "renforcée dans le contexte de la crise du Covid-19". "Il y a une partie de la désaffection qui tient au fait que voter, beaucoup se disent 'bon, ça ne sert pas à grand chose'. Il faut prouver le contraire, pas le dire, et donner du pouvoir aux habitants", lance Mathieu Klein.

>> Retrouvez l'intégralité des résultats des municipales 2020 grâce à notre moteur de recherche