"Ça va diviser longtemps la gauche" : Gérard Filoche réagit après son exclusion du PS

Le représentant de l'aile gauche du PS a été exclu mardi du parti, pour avoir publié un tweet antisémite, a annoncé David Assouline, secrétaire national.

Gérard Filoche s\'exprime lors d\'un meeting d\'Arnaud Montebourg, le 18 janvier 2017, à Paris.
Gérard Filoche s'exprime lors d'un meeting d'Arnaud Montebourg, le 18 janvier 2017, à Paris. (MAXPPP)
avatar
Margaux DuguetFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La décision aura été rapide. "Le bureau national a voté à l'unanimité pour l'exclusion de Gérard Filoche. Il ne pourra plus dès ce soir se réclamer du Parti socialiste et de ses instances", a posté, mardi 21 novembre sur Twitter, le sénateur PS David Assouline, précisant que "l'antisémitisme est incompatible avec nos valeurs fondamentales". En cause : un montage photographique relayé vendredi soir par Gérard Filoche montrant Emmanuel Macron, le bras ceint d'un brassard nazi orné d'un dollar en lieu et place de la croix gammée, devant les drapeaux américain et israélien et des photos de Patrick Drahi, Jacob Rothschild et Jacques Attali.

>> "Grande gueule", amoureux du Code du travail, "troll" sur Twitter... Qui est Gérard Filoche, le trublion exclu du PS ?

Cet ancien inspecteur du travail, qui siégeait jusqu'à présent au bureau national en tant que représentant de l'aile gauche du PS, a accepté de répondre "à chaud" à son exclusion auprès de franceinfo. Il explique vouloir "saisir la commission des conflits"

Franceinfo : David Assouline vient d'annoncer votre exclusion du PS. Comment réagissez-vous ? 

Gérard Filoche : Je ne savais pas, vous me l'apprenez. Ça me choque parce que c'est voté à l'unanimité. Je ne m'attendais même pas à ce qu'ils la votent. De toute façon, je ferai une saisine statutaire, je saisirai la commission des conflits. Je pense que j'ai encore le droit de le faire. 

Je ne renonce pas aux militants socialistes, qui sont tellement nombreux à me soutenir et aux électeurs. Je viens de rentrer d'Angers et je n'arrive même plus à lire tous les messages de soutien. Il faut se battre pour essayer de faire que tous ces gens soient représentés et mobilisés, qu'ils ne soient pas perdus. 

Qu'est-ce que cela dit du PS, pour vous ? 

S'ils m'ont exclu, vous allez voir, ça va être une catastrophe pour le PS. Moi je m'en remettrai. Pour le parti socialiste et la gauche, c'est une décision extrêmement  négative. Ça va diviser longtemps la gauche, l'affaiblir car tout cela repose sur un mensonge. Il faudra qu'ils rendent des comptes. Pourquoi font-ils ça ? Pourquoi mentent-ils ? Ils savent que je n'ai rien à voir avec l'antisémitisme. 

Que comptez-vous faire ? 

Ma première réaction c'est la tristesse pour l'histoire du PS, pour les conséquences pour la gauche, ça va rendre plus difficile son unité. Ça ne me fera jamais taire, ni renoncer à défendre mes idées. Mais ça va changer les conditions d'appréciation de beaucoup de gens de la gauche d'aujourd'hui. Cet après-midi, les gens me disaient : "Ce sont des conneries, tiens bon. c'est un procès en sorcellerie, on sait tous ce que ça veut dire".