Pouvoir d'achat : "Nous allons hyper-amender le projet de loi du gouvernement" pour "le réécrire", annonce François Ruffin

Plutôt que de déposer une proposition de loi avec La France insoumise, l'élu LFI de la Somme prévoit de déposer plusieurs amendements au projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d'achat.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
François Ruffin, le 30 juin 2022, sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Mon combat, c'est une chose simple, évidente et franchement pas révolutionnaire, déclare jeudi 30 juin sur franceinfo le député La France insoumise François Ruffin. C'est que les Français doivent vivre de leur travail." Pour ce faire, l'élu de la Somme prévoit de déposer plusieurs amendements au projet de loi du gouvernement sur le pouvoir d'achat plutôt que de déposer une proposition de loi avec La France insoumise.

>> DIRECT. Assemblée nationale : suivez l'élection des huit commissions permanentes, dont celle des finances, particulièrement convoitée

"Il ne faut pas rêver, les propositions de loi, c'est de la fumée. Ça ne passe pas dans l'hémicycle." En revanche, il souhaite "hyper-amender" le projet de loi du gouvernement. "On va le réécrire." "Ce n'est pas des bons d'achat ou des primes qu'il faut aux Français", estime François Ruffin en faisant notamment référence au projet de chèque alimentaire de 100 euros voulu par le gouvernement.

"Les Français font vivre le pays, ils doivent vivre de leur travail. La question centrale est celle des salaires."

François Ruffin

à franceinfo

Le député élu dans la Somme sous sa bannière Picardie debout est notamment "favorable à une indexation des salaires sur l'inflation", sans risque selon lui de spirale inflationniste. Si cette mesure portée par François Ruffin depuis plusieurs années ne figurait pas dans programme des Insoumis pour la présidentielle ou les législatives, "ça avance" désormais au sein de son camps, assure-t-il.

Selon l'élu de la Somme, pour lutter contre une inflation, "qui n'a pas été vue comme quelque chose de structurel", il ne faut donc "pas des mesures conjoncturelles comme un petit chèque". "Il nous faut des mesures structurelles." "La crise de l'inflation est évidemment une crise des matières premières pas seulement liée à la crise en Ukraine et à la crise écologique, mais aussi à une crise d'inflation des profits."

"La question, c'est comment fait-on pour qu'il n'y ait pas ceux qui se gavent en haut et ceux qui ne récupèrent que les miettes en bas."

François Ruffin

à franceinfo

Par ailleurs, François Ruffin ne croit pas à la proposition de taxer les superprofits venue de "la résistante de la dernière heure" Marine Le Pen.

"Maintenant qu'Emmanuel Macron dit qu'il y a des profiteurs de guerre, elle dit pareil. Depuis la fondation du Front national, il n'y a jamais dans son programme la question du partage, des riches et des pauvres, des actionnaires et des salariés." À propos d'Emmanuel Macron, il l'accuse de paraître pour "un grand humaniste" lors des sommets internationaux mais de ne plus être "le même" quand il en revient. "En cinq ans, les premières fortunes françaises ont triplé. Ça ne va pas changer."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Assemblée nationale

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.