VIDEO. Data culte : L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, un projet contesté depuis un demi-siècle

Né dans les années 1960, réveillé en 2000 et finalement adopté en 2016 après des années d'opposition, le projet d'un second aéroport à Nantes a connu une histoire mouvementée.

franceinfo

Les opposants à la construction d'un aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) appellent à une nouvelle journée de mobilisation, samedi 8 octobre, sur le site du futur chantier. Ils entendent ainsi répondre à la menace d'une évacuation de la "zone à défendre" (la ZAD) et de ses occupants par les forces de l'ordre. Mais comme le rappelle l'INA, cette contestation citoyenne est aussi ancienne que le projet : elle est née il y a plus d'un demi-siècle.

L'idée de créer un nouvel aéroport dans l'agglomération nantaise est née en 1963. Le site de Notre-Dame-des-Landes, à une vingtaine de kilomètres au nord de Nantes, est envisagé dès 1968, éveillant les premières hostilités. Face à l'avancée du projet, des agriculteurs créent une association en 1972, pour dire leur refus de ce chantier. Mais le choc pétrolier met alors un coup d'arrêt au projet pour près de trois décennies.

Transfert validé fin juin

Le projet sort des cartons en 2000, sous le gouvernement socialiste de Lionel Jospin. En 2008, il est déclaré d'utilité publique. Dans la foulée, une manifestation d'opposants réunit entre 1 800 et 3 000 personnes à Nantes. L'année suivante, la ZAD voit le jour sur le site du futur chantier pour empêcher le début des travaux. Des agriculteurs se lancent même un temps dans une grève de la faim et les manifestations se multiplient, réunissant cette fois de 15 000 à 50 000 manifestants. Mais rien n'y fait, et les recours en justice contre le décret d'utilité publique sont rejetés. 

Le transfert de l'actuel aéroport de Nantes à Notre-Dame-des-Landes est validé fin juin par un référendum en Loire-Atlantique. Au lendemain de cette consultation, le Premier ministre, Manuel Valls, s'engage à lancer à l'automne les travaux de l'aéroport. L'ouvrage, qui aurait initialement dû être inauguré en 2017, était en suspens depuis l'automne 2012, date de la dernière tentative d'expulsion des occupants de la ZAD.

Lors d\'un meeting des opposants à l\'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 9 juillet 2016.
Lors d'un meeting des opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), le 9 juillet 2016. (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)