Cet article date de plus d'un an.

Ultradroite : Jean-Luc Mélenchon demande à se porter partie civile pour obtenir des informations sur des projets terroristes visant notamment ses meetings

Quatre hommes soupçonnés d'avoir préparé, entre 2017 et 2018, des projets terroristes visant notamment des meetings de l'insoumis, seront jugés en juin devant la cour d'assises spéciale des mineurs.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting de La France insoumise à Montpellier (Hérault), le 16 février 2023. (PASCAL GUYOT / AFP)

L'ancien chef de file des insoumis a-t-il été visé par un "projet d'assassinat" ? "Je me constitue partie civile pour connaître le projet d'assassinat de l'extrême droite contre moi", a fustigé jeudi 11 mai Jean-Luc Mélenchon sur Twitter. "Pourquoi m'avoir laissé une fois de plus sans alerte ? Jusqu'à quel point un projet d'assassinat ne concerne pas sa cible ? Ça suffit !", s'est-il indigné. 

L'hebdomadaire Politis a rapporté mercredi qu'un groupuscule d'extrême droite, dont quatre membres seront jugés en juin par la cour d'assises spéciale des mineurs fin juin, projetait de perpétrer des attentats en France. Parmi les cibles évoquées, on retrouve les meetings du candidat de La France insoumise, alors en campagne. Selon les informations de franceinfo auprès de son avocate, l'ex-candidat à l'élection présidentielle va bien demander à se porter partie civile dans ce dossier, tout comme la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra).

"Comme depuis six ans, campagne incluse, LFI veille sur ma sécurité. Je ne demande aucune protection au gouvernement. Mais je veux être informé des tentatives de meurtres quand elles sont découvertes pour organiser ma sécurité contre les complices. C'est trop ?", interroge Jean-Luc Mélenchon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.