Meeting de Mélenchon : "Ce n’est pas perdu d’avance", pour le député LFI Alexis Corbière

Jean-Luc Mélenchon organise dimanche son premier meeting pour lancer un "Parlement de l’Union populaire".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Alexis Corbière, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, sur franceinfo le 14 octobre 2021. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

"J’en ai assez de ce pessimisme ambiant comme quoi ce serait perdu d’avance pour nous", a déclaré dimanche 5 décembre sur franceinfo le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière. En début d’après-midi, Jean-Luc Mélenchon organise son premier meeting de campagne à Paris-La Défense, notamment pour lancer un Parlement de l’Union populaire.

Une date qui n’a pas été choisie au hasard selon Alexis Corbière, puisqu’elle succède à l’élection de la candidate républicaine Valérie Pécresse. "Nous avons volontairement choisi ce week-end, et nous savons désormais que madame Pécresse est candidate. C’est une adversaire de qualité", a-t-il noté.

"On va donner à voir une force"

Actuellement, Jean-Luc Mélenchon est crédité entre 7,5 et 10 % des intentions de vote pour la présidentielle. Des pourcentages que La France insoumise espère voir augmenter après ce meeting. Selon Alexis Corbière, "Quand on compare avec la campagne de 2017, on est déjà pas mal dans l’opinion, on est au même niveau qu’il y a cinq ans. Ce meeting va être un moment de rassemblement, avec plusieurs milliers de personnes. On va donner à voir une force, c’est important aussi."

Le but de ce rassemblement est notamment d’élargir l’électorat, en donnant la parole "à des gens qui ne sont pas forcément des militants classiques de la FI. Il y aura des syndicalistes, des historiens, des intellectuels… C’est intéressant que tous ces gens nous rejoignent, car ils ont un regard différent sur la société. C’est aussi un moyen de démontrer qu’on peut soutenir Jean-Luc Mélenchon sans être à La France insoumise", explique le député.

"On fait campagne : actuellement c’est moins l’union qui fait la force, que la force qui fera l’union"

Alexis Corbière, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis

à franceinfo

Alexis Corbière n’exclut pas une union avec les communistes, qui pourrait permettre au parti d’atteindre le second tour. Il apparaît cependant plus mitigé quant à une alliance avec le Parti socialiste et les écologistes, qui selon lui, préfèreraient que La France insoumise se range derrière leur parti respectif.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jean-Luc Mélenchon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.