Cet article date de plus d'un an.

Affaire Quatennens : "Jean-Luc Mélenchon n'est pas soupçonnable de ne pas avoir, sur le combat des violences faites aux femmes, une position claire", assure Alexis Corbière

Publié
Affaire Quatennens : "Jean-Luc Mélenchon n'est pas soupçonnable de ne pas avoir, sur le combat des violences faites aux femmes, une position claire", assure Alexis Corbière
Affaire Quatennens : "Jean-Luc Mélenchon n'est pas soupçonnable de ne pas avoir, sur le combat des violences faites aux femmes, une position claire", assure Alexis Corbière Affaire Quatennens : "Jean-Luc Mélenchon n'est pas soupçonnable de ne pas avoir, sur le combat des violences faites aux femmes, une position claire", assure Alexis Corbière (France 2)
Article rédigé par France 2 - J. Wittenberg
France Télévisions

Alexis Corbière, député (LFI) de Seine-Saint-Denis, était l'invité des "4V" sur France 2, vendredi 23 septembre. 

Après la révélation des violences conjugales commise par Adrien Quatennens, député La France insoumise et coordinateur du mouvement, le débat se cristallise désormais autour de la réaction de Jean-Luc Mélenchon, leader du parti. A-t-il eu tort d'apporter, dans un premier temps, son soutien à Adrien Quatennens dans un tweet controversé ? "Il y a eu deux tweets de la part de Jean-Luc Mélenchon. Ce n'est pas sur 280 signes qu'on doit juger son combat contre les violences faites aux femmes", affirme Alexis Corbière, député (LFI) de Seine-Saint-Denis, invité des "4V" sur France 2, vendredi 23 septembre. 

"Jean-Luc Mélenchon a considéré qu'il fallait compléter"

"Jean-Luc Mélenchon n'est pas soupçonnable de ne pas avoir, sur le combat des violences faites aux femmes, une position claire", martèle Alexis Corbière, qui précise qu'Adrien Quatennens est "[leur] ami, [leur] camarade de lutte". S'agissant du deuxième tweet que Jean-Luc Mélenchon a publié pour tenter de corriger le tir  dans lequel il a écrit : "Une gifle est inacceptable dans tous les cas. Adrien l'assume. C'est bien"  Alexis Corbière persiste : "Le fait qu'il y ait deux tweets montre que Jean-Luc a considéré qu'il fallait compléter, pour que les choses soit claires." "Voir Madame Borne, qui ne fait rien contre les violences faites aux femmes, nous faire la leçon... Je dis que les violences faites aux femmes sont une chose sérieuse, qui ne doit pas servir de prétexte à des choses politiciennes et des controverses contre nous", fustige le député. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.