Cet article date de plus de trois ans.

Imbroglio au Front national sur la sortie de l’euro

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
brut-fnsortieeuroski-0707-v1web
Article rédigé par
France Télévisions

Longtemps annoncé comme l’une des mesures phares du Front national, la sortie de l’euro semble maintenant semer le trouble au sein du parti. Brut a compilé les revirements du Front national.

"Le FN prêt à renoncer à la sortie de l’euro", c’est ce qu’aurait affirmé un conseiller de Marine Le Pen au Figaro le 6 juillet dernier. Alors vrai débat ou pas ? Il semble que depuis plusieurs mois voire années, la situation divise au sein du Front national.

Alors que Marine Le Pen annonçait en 2011 : "je crois qu’il faut que nous retournions à nos monnaies nationales", d’autres cadres du parti ont dit le contraire depuis.

En 2014, Louis Alliot commençait déjà à émettre l’idée d’une consultation populaire sur la question : "je pense qu’il faudra une sortie concertée de l’euro".

Un revirement assumé

Marine Le Pen a changé de version depuis 2011. En 2016 dans le journal télévisé de TF1 face à Gilles Bouleau qui lui a demandé : "allons-nous, si vous êtes présidente de la République, sortir in petto de l’euro ?", la présidente du Front national a répondu : "il n’a jamais été question de cela Monsieur".

De son côté, Florian Philippot continue à défendre l’idée première du parti. Si le Front national devait garder l’euro, il a annoncé qu’il quitterait le parti.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.