Leonarda : retour ou tentative de retour en France ?

Une note confidentielle adressée au ministère de l’Intérieur évoquerait la tentative de changement d’identité de la famille de Leonarda, expulsée au Kosovo, pour revenir en France. Sur France Info ce mercredi, Laurent Fabius affirme qu’elle ne rentrera pas.

(Leonarda affirme "qu'un jour ou l'autre" sa famille reviendra en France © Reuters-Hazir Reka)

Leornada et sa famille sont-elles en train de rentrer en France ? Selon l’hebdomadaire Valeurs actuelles , une note confidentielle des services de sécurité de l’ambassade de France au Kosovo datée du 12 février, a été adressée à Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur. Elle laisse apparaître que la famille de Leonarda aurait entamé des procédures pour changer de nom.

L’hebdomadaire évoque deux hypothèses : les Dibrani tenteraient d’obtenir la nationalité croate ou serbe, leur permettant de revenir en France en toute légalité, au gré des accords passés avec ces deux pays. "On rentrera en France un jour ou l’autre ", a confié Leonarda à France Info, "on attend que notre passeport (croate) soit prêt et on est libre, on peut aller où on veut après ".

 

"On rentrera en France un jour ou l’autre" (Leonarda, joint par France Info)
--'--
--'--

 

"Tout subterfuge utilisé pour contourner l’obstacle ne marchera pas"

Invité de France Info ce mercredi matin, Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères, a affiché sa fermeté. "On ne peut pas faire des fraudes à la nationalité. A partir du moment où il y a tentative de fraude, la réponse sera non. C’est un non-évènement ", a dit le ministre.

Contacté ce mercredi matin, le ministère de l’Intérieur s’est également montré catégorique : "Les Dibrani ne sont pas en France, toutes les demandes de cette famille ont systématiquement été rejetées, et il n’y a aucune raison que ça change ", explique l’entourage de Bernard Cazeneuve, qui ajoute : "Tout subterfuge utilisé pour contourner l’obstacle ne marchera pas. Il y a des règles légales qui continueront de s’appliquer. Et il n’y a pas de raison que ça change ".

"Cette famille n’aura pas sa place en France, point à la ligne" (Laurent Fabius sur France Info)

Le message est donc clair. Et le gouvernement, apparemment, veille. Enfin c’est ce que suggère le dernier commentaire, plus politique, délivré par la place Beauvau ce matin : "Sortir une note du 12 février le 21 mai, à quatre jours des élections européennes, n’est sans doute pas dénué d’arrière-pensée ".

 

"On ne peut pas faire des fraudes à la nationalité" (Laurent Fabius sur France Info)
--'--
--'--