Cet article date de plus de sept ans.

La stratégie de Hollande pour la rentrée politique

François Hollande a répété ce mercredi, jour de rentrée du Conseil des ministres, qu’il ne changerait pas de cap, en matière économique. Quelle est sa stratégie ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (François Hollande chercher à éviter la rentrée politique "ras-le-bol fiscal" de l'année passée © Maxppp)

Dans l’interview accordée au journal Le Monde ce mercredi, François Hollande a promis des gestes fiscaux. Le chef de l’Etat a littéralement posé sa rentrée. Il a lancé un nouveau programme de réformes pour les six mois à venir et cherche ainsi à contrer les critiques pour qu’elles n’occupent pas tout l’espace politique.

Le premier message, tout comme l’avait dit son Premier ministre Manuel Valls dimanche, c’est qu’il n’a pas l’intention de changer de politique ou de cap malgré la situation économique catastrophique. François Hollande parle d’aller plus loin, plus vite, "d’accélérer " pour relancer l’emploi et la croissance.

"Respect mutuel"

Le chef de l’Etat semble également esquisser le deuxième temps de son quinquennat.  Après les efforts consentis depuis deux ans, il annonce de nouvelles baisses d’impôts et des mesures en direction des bas salaires. Une manière de ne pas revivre la rentrée de l’année dernière sur le thème du "ras-le-bol fiscal".

Parallèlement, François Hollande poursuit sa politique de l’offre en direction des entreprises. A la gauche du PS, les frondeurs devraient continuer à le lui reprocher. Le président de la République leur répond en les appelant au "respect mutuel " entre le gouvernement et sa majorité. Avant l’université d’été du PS à la Rochelle, du 29 au 31 août, il prévient : en 2017, "jugement sera à la fois porté sur le président, le gouvernement et la majorité ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.