La France retire sa candidature à l'Exposition universelle de 2025

Le Premier ministre, Edouard Philippe, l'a annoncé dans une lettre au délégué interministériel chargé de l'exposition universelle de 2025, Pascal Lamy. Il a évoqué, selon le "Journal du dimanche", des "raisons financières" pour justifier ce retrait. 

Le Premier ministre, Edouard Philippe, le 3 janvier 2018 à l\'Elysée, à Paris. 
Le Premier ministre, Edouard Philippe, le 3 janvier 2018 à l'Elysée, à Paris.  (BENOIT TESSIER / AFP)

La France n'est plus en lice pour l'Exposition universelle de 2025"J'ai décidé de ne pas donner suite à la candidature de la France à l'exposition universelle, qui sera retirée", a annoncé le Premier ministre Edouard Philippe dans un courrier adressé à Pascal Lamy, délégué interministériel chargé de la candidature de la France, rapporte le Journal du dimanche, samedi 20 janvier. 

Selon le journal, il reste ainsi trois pays candidats pour organiser cette Exposition universelle dans sept ans : la Russie, le Japon et l'Azerbaïdjan. La décision du Bureau International des Expositions (BIE) sera donnée en novembre. 

Edouard Philippe s'inquiète, dans ce courrier adressé à Pascal Lamy, des "faiblesses structurelles" du modèle économique de la candidature française, rapporte le journal. Le Premier ministre juge que les engagements qu'il a demandés à la fin du mois de septembre, au sujet de la "solidité du dispositif opérationnel proposé par la France", ne sont ainsi "pas tenus", précise le JDD

Des engagements "non maîtrisés"

"La poursuite de cette candidature ne saurait prospérer sans le recours à une garantie publique", poursuit le chef du gouvernement dans ce courrier. Ce dernier ne souhaite pas "grever l'avenir (...) d'engagements supplémentaires non maîtrisés", en plein contexte de "redressement de nos finances publiques".

Edouard Philippe estime également que le projet d'organisation de l'exposition universelle de 2025 en France ne sera pas assez solide dans "le délai qui nous sépare de la visite de la commission d'enquête du BIE"

La crainte d'une faible fréquentation

Le Journal du dimanche précise également d'autres réserves que le Premier ministre émet à l'égard de la candidature de la France. Edouard Philippe estime entre autres que "la marge d'aléas" de cette candidature "ne permet pas d'absorber certaines hypothèses de fréquentations défavorables". 

Selon le journal, si la fréquentation de l'exposition s'élève à environ vingt millions de visiteurs, comme cela fut le cas à Milan en 2015, les recettes pour la France s'élèveraient à seulement 455 millions d'euros. Les différentes hypothèses présentées par le projet de candidature sont plus optimistes : elles oscillent entre 35 et 65 millions de visiteurs. 

"L'association n'a pas établi qu'il existe des acteurs prêts à s'exposer significativement au risque commercial de l'exposition", poursuit Edouard Philippe dans son courrier adressé à l'ancien directeur de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Ce dernier a été nommé en avril 2015 à ce poste de délégué interministériel, chargé de l'organisation de cette candidature. 

Des arguments qui n'ont pas convaincu Jean-Christophe Fromantin, président de l'association Expo France 2025, comme il l'a précisé sur Twitter.

Des critiques reprises par le député socialiste Olivier Faure, qui juge lui ce renoncement "incompréhensible"