Vidéo Législatives : le programme de la majorité présidentielle "est un clafoutis de phrases creuses", selon Jean-Luc Mélenchon

Publié
Article rédigé par
Radio France

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) dénonce sur franceinfo vendredi des mesures "extrêmement rudes pour le peuple".

Le programme d'Ensemble pour les élections législatives "est un clafoutis de phrases creuses, du genre 'il faut mieux considérer les enseignants, nous devons penser à l'hôpital", a taclé Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) vendredi 3 juin sur franceinfo. Ensemble est la confédération qui réunit La République en marche (LREM), le Mouvement démocrate (Modem) ou encore Horizons, le parti de l'ancien Premier ministre Édouard Philippe.

Des mesures "extrêmement rudes pour le peuple"

Dans ce programme, il y a aussi "des mesures extrêmement rudes pour le peuple telles que la retraite à 65 ans, le travail forcé avec le RSA, etc.", a ajouté l'ancien candidat de La France insoumise (LFI) à la présidentielle. Il est aussi revenu sur les critiques de la majorité présidentielle contre le programme de la Nupes. "Oui, c'est vrai, le programme que je propose avec mes amis décide de l'utilisation de 250 milliards de plus, mais les milliards qui sont injectés en salaire quand vous les donnez à des gens qui n'ont que leur salaire pour vivre, ils le dépensent", a-t-il pointé.

"Toutes nos dépenses, nous les avons inscrites dans le modèle de la Banque de France, pas de nos copains."

Jean-Luc Mélenchon

à franceinfo

Selon lui, "ça montre qu'à la sortie, vous avez un retour de 267 milliards en cotisations, en impôts et en taxes qui rentrent dans la caisse". Emmanuel Macron "a écrit et a promis de nouveau qu'il va faire descendre le déficit public à 3% d'ici à 2027, mais pour le ramener à 3% il faut donc qu'il le réduise de 6,5 % à 3%". Combien ça coûte ? 80 milliards", a-t-il affirmé.

"Où, M. Macron, comptez-vous trouver 80 milliards à enlever dans le budget de l'État entre maintenant et 2027, combien de classes vous continuez à fermer ? Combien de lits d'hôpitaux vous fermez ?", a-t-il lancé. Pour lui, "à un moment donné, il faut qu'ils soient sérieux [la majorité présidentielle] et qu'eux aussi, ils disent : 'Voilà, mesdames messieurs, nous avons un régime très rude à vous appliquer'"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.