Législatives : "On a retrouvé" Élisabeth Borne, raille Manuel Bompard, qui était "à deux doigts de lancer un avis de recherche"

Le député La France insoumise Manuel Bompard raille sur franceinfo vendredi l'intervention jugée tardive à la télévision jeudi de la Première ministre, Elisabeth Borne.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Manuel Bompard, député La France insoumise des Bouches-du-Rhône, était vendredi 24 juin l'invité du 8h30 franceinfo.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Elle avait complètement disparu, la Première ministre, on était à deux doigts de lancer un avis de recherche, on l'a retrouvée hier", a raillé le député La France insoumise (LFI) Manuel Bompard, vendredi 24 juin sur franceinfo, au lendemain d'une interview d'Élisabeth Borne à la télévision.

La cheffe du gouvernement a commencé jeudi à s'entretenir avec les présidents des groupes parlementaires fraîchement élus au Palais Bourbon. "C'est positif parce que, normalement, c'est elle qui est en charge du gouvernement et donc c'est elle qui est en charge de mener d'éventuelles discussions avec les groupes parlementaires à l'Assemblée nationale pour essayer de constituer une majorité", a jugé l'élu des Bouches-du-Rhône.

L'exécutif "inverse totalement les choses"

Toutefois, l'exécutif "inverse totalement les choses" et "les rôles", selon lui. Ainsi, "ce n'est pas aux groupes d'opposition de dire qu'ils sont d'accord pour mettre en place le programme d'Emmanuel Macron mais à Mme Borne et M. Macron de dire quels sont les points sur lesquels ils sont prêts à avancer, quelle est la feuille de route sur laquelle ils essayent de travailler".

"À partir de cette feuille de route qu'ils doivent travailler avec d'éventuels partenaires, ils viennent devant l'Assemblée nationale, Mme Borne présente sa feuille de route et il y a un vote de confiance à l'Assemblée nationale", a-t-il poursuivi. À ce moment-là, "on lui dit oui, d'accord avec cette feuille de route" ou "non, nous ne sommes pas d'accord avec cette feuille de route". La Première ministre a indiqué jeudi sur LCI qu'elle "n'a pas réellement tranché" si elle allait demander un vote de confiance à l'issue de sa déclaration de politique générale devant les députés.

"Honnêtement, on ne va pas se raconter d'histoires, ce n'est pas avec nous que cette feuille de route va être mise en place, tout le monde le sait", a prévenu Manuel Bompard.

"On a des projets qui sont des projets qui sont différents, opposés, même s'il peut y avoir des points sur lesquels on peut être d'accord."

Manuel Bompard

à franceinfo

"Si le gouvernement a décidé de reprendre une proposition qui est une proposition forte de notre programme, qui est celle du blocage des prix sur les produits de première nécessité, il n'y a pas de raison qu'on se décide à voter contre ou qu'on ne soit plus d'accord avec [cette mesure] parce que le gouvernement l'a repris, mais malheureusement, pour l'instant, je n'ai pas entendu ça", a-t-il ajouté.

Serait-il prêt, lui, à voter pour une mesure proposée par le gouvernement, à l'image de la hausse de 4 % des retraites de base pour se rapprocher de l'inflation ? "Si on arrive avec des votes séparés, moi, tout ce qui va dans le bon sens, je suis d'accord avec", a-t-il répondu. "Vous savez très bien qu'à la fin, vous allez vous retrouver sans doute avec un texte de loi dans lequel il y a des éléments avec lesquels vous êtes d'accord, et d'autres avec lesquels vous êtes en désaccord". Dans ce cas, "vous appréciez la globalité". "Je ne vais pas voter pour des choses avec lesquelles je suis en désaccord", a-t-il affirmé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers La France insoumise

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.