La députée Patricia Gallerneau se réveille avec un mur de parpaings devant sa maison

L'élue de la deuxième circonscription de Vendée accuse les "gilets jaunes" et annonce à "Ouest-France" qu'elle va porter plainte.

Capture d\'écran des photos postées sur Facebook par la députée Patricia Gallerneau le 6 janvier 2019, où elle montre le mur de parpaings édifié devant sa maison. 
Capture d'écran des photos postées sur Facebook par la députée Patricia Gallerneau le 6 janvier 2019, où elle montre le mur de parpaings édifié devant sa maison.  (PATRICIA GALLERNEAU / FACEBOOK)

"Joli réveil ce matin... Mon domicile est muré par des imbéciles !" Photos à l'appui, la députée de la majorité Patricia Gallerneau a raconté, dimanche 6 janvier, sur son compte Facebook, s'être réveillée avec un mur de parpaings devant sa maison à Talmont-Saint-Hilaire. L'élue MoDem de Vendée accuse les "gilets jaunes" d'être derrière cette action. "A quoi servent le dialogue, la communication, mes réceptions jamais refusées de 'gilets jaunes', s'ils viennent en douce de nuit, murer le domicile d'une famille ?" s'interroge-t-elle.

Comme le précise Ouest-France, ce mur de fortune, composé d'une cinquantaine de parpaings et monté pendant la nuit, obstrue l’entrée du garage de la députée. Les gendarmes sont venus constater les faits dans la matinée et ont réussi à démonter cet ouvrage éphémère, ajoute le journal régional. 

Patricia Gallerneau a indiqué au quotidien qu'elle allait porte plainte auprès de la gendarmerie, se disant "surprise et déçue". "Toutes ces attaques récentes contre les parlementaires traduisent un rejet du monde politique", témoigne-t-elle. La députée vendéenne a déjà été la cible d’actes de malveillance début décembre. Des poubelles avaient été renversées devant sa permanence à La Roche-sur-Yon.