Ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex pour lutter contre la précarité

Le gouvernement ne relèvera les minimas sociaux, comme le réclamaient certaines associations, mais renforce deux dispositifs d'aide à l'insertion professionnelle, et prolonge et élargit une aide au paiement des loyers.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le Premier ministre, Jean Castex, lors d'un déplacement sur le thème de la précarité, le 24 octobre 2020 à Epinay-sur-Orge (Yvelines). (ALAIN JOCARD / AFP)

Touchés par l'épidémie de Covid-19 et les multiples restrictions qui l'accompagnent, de nombreux Français ont vu leur situation économique se dégrader ces derniers mois. Au point, pour certains, de basculer dans la précarité. Jean Castex a annoncé, samedi 24 octobre, une série de mesures destinées à venir en aide aux plus précaires, lors d'un déplacement dans un foyer Emmaüs à Épinay-sur-Orge (Essonne). "Nous sommes revenus en urgence sanitaire, mais nous sommes aussi en urgence sociale", a-t-il expliqué. Sans pour autant donner satisfaction aux associations du secteur, qui plaident pour une hausse des minimas sociaux, écartée par le gouvernement. Franceinfo résume les annonces du Premier ministre, qui s'ajoutent à l'aide exceptionnelle annoncée quelques jours plus tôt.

Plusieurs dispositifs d'insertion par l'emploi renforcés

Jean Castex a annoncé la création de 30 000 postes supplémentaires d'ici à 2022 dans les structures du secteur de l'insertion par l'activité économique, qui permettent à des personnes précaires et éloignées de l'emploi de bénéficier d'un contrat et d'un accompagnement renforcé. Ces créations de postes s'ajoutent à celles déjà prévues sur la durée du quinquennat (240 000), a précisé le Premier ministre.

Un autre dispositif, les parcours emploi-compétences, qui ont remplacé les emplois aidés, va être renforcé. Dans les quartiers classés "politique de la ville" et les zones de revitalisation rurale, le nombre de ces contrats va être doublé, et la part financée par l'Etat va passer de 50 à 80%. Ces contrats, dont les titulaires bénéficient aussi d'un accompagnement renforcé, seront "fléchés" pour privilégier "les secteurs en tension et à plus-value sociale, notamment le secteur associatif", promet Jean Castex.

Le Service public de l'insertion et de l'emploi, dispositif qui devait être expérimenté jusqu'en 2021, "va se déployer" dès janvier prochain dans trente départements, et "plus de 65 à l'horizon 2022". Là encore, ce dispositif vise à offrir des solutions aux personnes en recherche d'emploi et aux entreprises.

Une aide au logement étendue

Davantage de personnes pourront bénéficier d'une aide versée depuis juin par l'organisme Action logement, pour aider les ménages à faire face à leurs dépenses de logement. Les demandeurs d'emploi pourront désormais recevoir cette aide pendant six mois, au lieu de deux. Elle pourra être touchée par les ménages dont le loyer représente un tiers du budget total, contre 40% aujourd'hui. Le dispositif était pour l'instant "peu utilisé", explique Jean Castex.

Des places d'hébergement supplémentaires

Le Premier ministre a également promis l'ouverture de 1 500 places d'hébergement. Celles-ci seront en particulier destinées aux femmes sans abri "sortant de maternité" avec leur enfant, "un sujet que les associations ont particulièrement porté devant nous", a-t-il expliqué.

Un nouvel envoi de masques confirmé

Le Premier ministre a par ailleurs confirmé que des masques "gratuits et lavables" seraient envoyés à "neuf millions de citoyens en situation de précarité", après un premier envoi en août. Les personnes concernées les recevront "d'ici la mi-novembre", a précisé Jean Castex. Qui n'a pas, en revanche, précisé combien de masques seraient envoyés. En août, les familles en avaient reçu six. Une autre salve d'envois aura lieu "au début de 2021" et l'opération sera répétée "autant de fois que nécessaire", a-t-il assuré.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.