Mort de Jacques Chirac : Marine Le Pen ne se rendra pas à la cérémonie d'hommage officielle lundi, comme le souhaitait la famille

La présidente du Rassemblement national a indiqué à franceinfo qu'elle ne se rendra pas à l'hommage solennel rendu à Jacques Chirac, lundi, à Paris. 

Marine Le Pen, le 15 septembre 2019, à Fréjus (Var). 
Marine Le Pen, le 15 septembre 2019, à Fréjus (Var).  (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Marine Le Pen ne viendra pas à la cérémonie d'hommage officielle rendue à Jacques Chirac, lundi 30 septembre. La présidente du Rassemblement national l'a indiqué à franceinfo, confirmant une information de BFMTV. "La famille Chirac ne souhaitant pas respecter les usages républicains et ayant exprimé son désaccord avec notre présence, nous ne nous y rendrons pas", a-t-elle fait savoir dimanche en début de soirée. 

Marine Le Pen ne sera pas la seule à ne pas se rendre à Saint-Sulpice. L'ensemble des parlementaires du Rassemblement national qui avaient prévu d'y aller, n'iront pas, dont le porte-parole du RN et député du Nord Sébastien Chenu, le député du Pas-de-Calais Ludovic Pajot, ainsi que le député européen André Rouget.

>> Plusieurs heures d'attente, les Invalides ouverts toute la nuit... Suivez la cérémonie d'hommage en direct

La famille de l'ancien président ne souhaitait pas que la patronne du Rassemblement national soit présente lors de la cérémonie qui sera tenue en son honneur, lundi 30 septembre, à l'église Saint-Sulpice à Paris. C'est ce qu'a indiqué, plus tôt dans la journée, une source proche du clan Chirac, interrogée par l'AFP sur les dernières déclarations de Marine Le Pen.

La présidente du Rassemblement national avait d'abord indiqué sa volonté de participer à la cérémonie. "Je suis la présidente du premier parti de France. Il est parfaitement naturel que je me rende aux obsèques de l'ancien président de la République qu'était Jacques Chirac, au-delà des divergences politiques qui ont été les nôtres", avait affirmé la présidente du RN. "Il n'y a pas d'invitation officielle" mais "le respect de l'esprit républicain, c'est que dans la mort on n'est plus dans le conflit politique, dans la contestation politique, on est dans l'hommage", avait-t-elle répété sur France 3.

La loi l'autorise à être présente

Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics, était alors monté au créneau. "Je pense que le président Jacques Chirac a été sans aucune espèce de doute possible un grand ennemi de la famille Le Pen et que c'est un bel héritage que nous devons continuer à mettre en place", a-t-il déclaré lors du "Grand rendez-vous Europe 1-CNews-Les Echos", avant d'ajouter : "Madame Le Pen est élue de la nation, personnellement je le regrette, je la combats, mais je n'ai pas d'opinion" sur sa venue.

Légalement, la présidente du Rassemblement national avait e droit de participer aux hommages. Un décret de 1989 relatif aux cérémonies publiques fixe la liste des corps et autorités pouvant être conviés. Les députés en font partie et Marine Le Pen est députée du Pas-de-Calais.