Remaniement : la composition d’un nouveau gouvernement est attendue ce lundi matin

Un remaniement du gouvernement est prévu lundi 4 juillet dans la matinée et le premier Conseil des ministres est programmé en milieu d’après-midi, selon les informations de franceinfo.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Elisabeth Borne et Emmanuel Macron, le 18 juin 2022, au mont Valérien à Suresnes, lors de la commémoration de l'appel du 18 juin. (GONZALO FUENTES / POOL / AFP)

Coup d'accélérateur politique. La composition d’un nouveau gouvernement est attendue lundi 4 juillet au matin, selon les informations de franceinfo. Elisabeth Borne et Emmanuel Macron ont travaillé tout le week-end et à échanger par telephone ou par message pour mettre sur pieds la nouvelle équipe gouvernementale du second quinquennat du président de la République.

>> Gouvernement : suivez l'actualité politique dans notre direct

"Il n'y a plus qu’à", glissait ainsi à franceinfo, dimanche soir, une source aux premières loges des échanges entre Emmanuel Macron et Elisabeth Borne. Comprenez donc : "Plus qu'à passer aux annonces". C’est par communiqué qu’il est prévu d’annoncer les nominations pour une équipe complète. En effet, pour ce remaniement, Elisabeth Borne n'a pas besoin de démissionner : il n'y aura donc pas d'annonce avec le secrétaire général de l'Elysée sur le perron du palais. 

Pas de gouvernement "pléthorique"

Après un début de quinquennat immobile, Emmanuel Macron veut "passer la seconde", insistent les communicants du pouvoir. Et la preuve dans la journée, avec un planning chargé pour l’exécutif. Après l’annonce, les passations de pouvoir et prises de poste doivent intervenir dans la foulée. Le premier Conseil des ministres est programmé en milieu d’après-midi.

Le gouvernement va donc s'étoffer, mais raisonnablement. Elisabeth Borne ne veut pas d'un gouvernement "pléthorique", selon son entourage. Elle parle d'une trentaine de ministres, alors qu'elle en a déjà 27. Un remaniement qui est aussi l'occasion de quelques rééquilibrages avec le MoDem et Horizon, les partenaires du parti présidentiel qui s'estimaient mal servis dans le premier gouvernement.

Selon les informations de franceinfo, de source proche du gouvernement, Damien Abad, ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées visé par une enquête pour "tentative de viol" ne fera pas partie du nouveau gouvernement. En revanche, Chrysoula Zacharopoulou, accusée de viols gynécologiques, reste secrétaire d'Etat chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, contrairement à ce qu'une source gouvernementale avait confirmé à franceinfo.

Planning chargé pour la semaine

Selon l'agenda, dès mardi 5 juillet, le président veut voir tous les membres du gouvernement chargés de près ou de loin de sa priorité à court terme : la lutte contre l’inflation. Vient ensuite, mercredi, le discours de politique générale de la Première ministre devant le Parlement, puis, jeudi, un nouveau conseil des ministres. Cette fois, il doit permettre de présenter le texte sur le pouvoir d’achat et le projet de loi de finance rectificatif qui permet d’en financer les mesures.

Jeudi soir ou vendredi, le président de la République souhaite enfin recevoir à l’Elysée tous les parlementaires de sa majorité. Enfin, Emmanuel Macron n’a pas renoncé à lancer son Conseil national de la refondation, peut-être avant le 14 juillet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Gouvernement d'Elisabeth Borne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.