Gouvernement d'Élisabeth Borne : embarras après les accusations de viol visant Damien Abad

Publié Mis à jour
Gouvernement d'Élisabeth Borne : embarras après les accusations de viol visant Damien Abad
France
Article rédigé par
N. Perez, J. Bigard, A. Gouty, M. Marini - France 2
France Télévisions

À la veille du premier Conseil des ministres, une affaire vient troubler ce nouveau départ souhaité. Le ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des personnes handicapées Damien Abad est visé par des signalements de faits présumés de viols. Lui, réfute ces accusations. 

 Il n'est ministre des Solidarités et du Handicap que depuis 48 heures, mais Damien Abad est déjà visé par des accusations de viols présumés. Selon Médiapart, deux plaignantes ont signalé via une association qu'il les aurait violées entre 2010 et 2011. La nouvelle Première ministre Élisabeth Borne, en déplacement dans le Calvados a immédiatement réagi. "Bien évidemment, je n’étais pas au courant. Je vais être très claire : sur tous ces sujets de harcèlement, d’agressions sexuelles, il ne peut y avoir aucune impunité."   

Une autre accusation en 2017

Le 13 mai dernier, dans une lettre adressée à l’Observatoire des violences sexuelles en politique, la plaignante accuse Damien Abad. "Dans la lettre elle décrit cette soirée où il a beaucoup insisté pour qu’elle boive une coupe de champagne et puis elle décrit un blackout", rapporte Fiona Texeire, qui est l’une des responsables de cette association militante. De son côté, le nouveau ministre a réfuté les accusations dans un communiqué diffusé dimanche 22 mai. En 2017, une autre jeune femme avait porté plainte pour viol. Une plainte classée sans suite car les faits n’étaient pas suffisamment caractérisés.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.