Cet article date de plus de trois ans.

Ministres sous Hollande, que vont-ils devenir maintenant ?

La composition du nouveau gouvernement devrait être annoncée mercredi 17 mai à 15h. La précédente équipe, menée par Bernard Cazeneuve, a tenu son dernier Conseil des ministres la semaine dernière. Franceinfo s'est intéressé à leur "après".

Article rédigé par
Edité par Cécile Mimaut - Louise Bodet - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Bernard Cazeneuve a quitté Matignon lundi 15 mai après avoir donné les clés au nouveau Premier ministre Edouard Philippe. (YOAN VALAT / AFP)

La composition du nouveau gouvernement devrait être annoncée mercredi 17 mai, à 15h, selon l'Elysée. La précédente équipe, menée par Bernard Cazeneuve, a tenu son dernier Conseil des ministres la semaine dernière. Quelle "vie d'après" pour ces hommes et ces femmes qui ont vécu ces dernières années sous les ors de la République ? Beaucoup briguent un nouveau mandat de député mais pas tous. Car il y a aussi ceux qui raccrochent.

Celui qui va rendre les gants après les législatives 

Le premier à rendre les gants s'appelle Bernard Cazeneuve. Ex Premier ministre, ex-ministre de l'Intérieur, du Budget, des Affaires européennes.. un CV long comme le bras et un dernier discours en forme de testament politique, lundi dans la cour de l'Hôtel Matignon, au moment de remettre les clés à son successeur.

La retraite, pas immédiatement. Avant de reprendre son activité d'avocat, Bernard Cazeneuve va donner un coup de main aux candidats aux législatives qui le demandent. Une quarantaine de déplacements au total d'ici le 11 juin. C'est d'ailleurs à deux pas du siège du PS que l'ex Premier ministre s'est installé pour fêter son départ de Matignon, à la terrasse du Solférino, dans la rue du même nom, où son équipe et lui ont pris un verre en profitant du soleil.

Ceux qui quittent la vie politique

Jean-Marc Ayrault, ex-ministre des Affaires étrangères, ex-Premier ministre, et ancien maire de Nantes, ne briguera aucun nouveau mandat. Michel Sapin, l’ami de 40 ans de François Hollande, quitte Bercy et prend sa retraite, lui aussi. Et puis parmi les plus jeunes, Thierry Mandon, l'ex-secrétaire d'Etat à l'enseignement supérieur, prend du recul et tente une nouvelle aventure dans l'édition. Il lance dans quelques mois un nouvel hebdomadaire d'actualité.

Ceux qui sont susceptibles de rempiler 

Jean-Yves Le Drian,  ex-ministre de la Défense devrait, sauf énorme surprise, intégrer la nouvelle équipe au pouvoir. Et il occupera d'ailleurs peut-être le même poste. Jean-Yves Le Drian c'est la caution régalienne du nouveau président qui lui a très vite accordé une place particulière.

Il y en a aussi quelques-uns qui rêveraient d'en être, comme Ségolène Royal, qui souhaite être "utile", ou encore Jean-Marie Le Guen, parfaitement "macron-compatible". C'est d'ailleurs l'un des cinq anciens ministres, candidats aux législatives, à n'avoir pour l'instant aucun adversaire macroniste face à eux. Sont également épargnés les poids lourds hollandais Stéphane Le Foll et Marisol Touraine, ainsi que l'ex-ministre du Travail, Myriam El Khomri et son ancienne collègue aux Outre-Mer, Ericka Bareigts.

Ceux qui n'auront aucun traitement de faveur

Pendant la campagne, Stéphane Le Foll, Marisol Touraine et les autres ne mâchaient pas leurs mots à l'encontre du "traître" Macron. Mais les temps changent. Depuis, ils ont clairement appelé à la "réussite" du quinquennat, contrairement à la jeune garde socialiste, les Najat Vallaud-Belkacem, Matthias Fekl ou Christophe Sirugue, qui croient encore au vieux PS et veulent être de ceux qui vont le relever. Eux n'ont évidemment droit à aucun traitement de faveur. Ils auront face à eux des candidats La République en marche, tout comme, et c'est plus étonnant, des vallsistes, comme Juliette Méadel par exemple, ex-secrétaire d'Etat au droit des victimes. Certains députés proches de Manuel Valls espéraient même l'investiture En marche !. Pas vraiment remerciés, donc, de leur compatibilité affichée avec le nouveau Président qui prône le "renouvellement des visages et des usages", mais n'hésite pas à se montrer aussi impitoyable que ses prédécesseurs..

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.