Emmanuelle Wargon défend sa rémunération chez Danone : "Mon salaire était conforme aux salaires des cadres dans ce type de fonction"

La secrétaire d'Etat auprès du ministre de la transition écologique est une fois de plus rattrapée par son passé de cadre dirigeante dans le privé.

La secrétaire d\'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, le 9 janvier 2019, dans la cour de l\'Elysée après le Conseil des ministres (Paris).
La secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, le 9 janvier 2019, dans la cour de l'Elysée après le Conseil des ministres (Paris). (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Plus de 470 000 euros. Ce sont les revenus gagnés en 2018 par Emmanuelle Wargon, lorsqu'elle dirigeait la communication de Danone, selon sa déclaration d'intérêts publiée sur le site de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Interrogée par Europe 1, mardi 15 janvier, alors qu'elle s'apprête à assurer l'organisation du grand débat national avec son collègue Sébastien Lecornu, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire a défendu le montant de son ancienne rémunération.

"Mon salaire était conforme aux salaires des cadres dans ce type de fonction, le chiffre de 2018 étant d'ailleurs un peu exceptionnel parce qu'il agrège deux parts variables sur une seule année", a répondu la secrétaire d'Etat, avant d'ajouter : "Je sais que c'est un niveau de revenus important, je n'ai gagné ces montants que pendant trois ans, le reste du temps j'étais au service de l'Etat et fonctionnaire."

Elle se défend d'être une "lobbyiste" au ministère

Depuis sa nomination au sein du gouvernement, mi-octobre, Emmanuelle Wargon est régulièrement rattrapée par son passé chez Danone. Cette énarque, diplômée de la même promotion que le Premier ministre Edouard Philippe, a débuté une carrière de haut fonctionnaire avant de rejoindre le privé. A partir de septembre 2015, elle a ainsi été la directrice générale responsabilité d'entreprise, affaires publiques et communication de Danone. 

Sa nomination pour seconder le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, sur les dossiers de l'énergie ou de la chasse a fait polémique. Une partie de l'opposition et certains journaux y voyant l'arrivée d'une "lobbyiste" au ministère, ce dont elle se défend. Une ancienne prise de position de sa part en faveur de l'huile de palme avait fait grincer des dents.